Aux papas : 7 trucs pour survivre au diabète de grossesse de ta blondes

pregnant woman want chocolate

Ça y est, ta copine a reçu l’appel fatidique : on lui a diagnostiqué un diabète de grossesse. Ici commence un carême involontaire qui durera jusqu’à l’accouchement. Ta copine devra manger plusieurs fois par jour des trucs pas sucrés, faire plus d’exercice et vérifier sa glycémie en se piquant le doigt. Certaines filles doivent aussi se piquer à l’insuline. Amusant, n’est-ce-pas?

Afin que cette nouvelle ne nuise pas trop à votre santé mentale, je te laisse ici quelques conseils d’une nouvelle maman qui a été diagnostiquée avant même le test du jus orange.

#1  Sois là

Au moment où elle apprendra sa nouvelle condition et qu’elle commencera à savoir ce qu’elle implique, ta copine aura probablement le goût d’aller s’isoler pour : A) crier, B) pleurer sa vie ou C) les deux. C’est normal. La liste des risques d’un diabète de grossesse pour elle et votre bébé peut l’effrayer et les restrictions que demande le traitement s’ajoutent aux probables désagréments habituels qu’elle subit déjà. Enfin, garde en tête qu’elle reçoit toutes ces informations avec un méchant biais : les hormones de grossesse (oui, celles qui lui font péter une coche par moments). Bref, si elle panique, flatte-lui le dos et laisse-lui le temps d’avaler la pilule.

#2  Encourage-la

Une fois le choc passé, elle se mettra au boulot et commencera à calculer ses glucides, à bouger même si l’envie n’est pas là et à passer par-dessus sa peur des aiguilles. Appuie-la dans ses efforts, démontre-lui qu’elle n’est pas seule. Bon, c’est peut-être difficile de l’aider à se piquer le doigt, mais tu peux aller marcher avec elle, par exemple.

#3  Suis sa diète et mange des cochonneries en cachette

Une autre façon de l’appuyer est dans le choix de la nourriture que tu manges. Je sais, tu n’as pas envie de suivre sa diète, un peu comme tu ne te restreins pas de boire de l’alcool depuis le début de sa grossesse. Néanmoins, il est possible qu’elle te regarde avec un méchant air bête si tu te claques un poulet général Tao dans sa face à tous les soirs alors qu’elle mange son petit poulet aux légumes sans sauce. Garde le fast-food ou les plats de riz pour tes dîners à la job ou pour les soirs où vous sortez au resto. Peu importe qui cuisine, faites-le pour vous deux (oui, avec la sacro-sainte obligation des légumes ou de la salade dans la moitié de l’assiette). Ta copine va se sentir moins seule et de ton côté, le régime va donner un coup de pouce à ta santé, promis.

#4  La salade

Parlant de salade, sache que la salade de patates ou de macaroni ne sont pas des bons plats d’accompagnement. Ne te fais pas avoir par le mot « salade », c’est une arnaque.

#5  Spotte les glucides

À l’épicerie, apprends à spotter facilement le mot « glucide » sur l’étiquette des produits; c’est pas mal la base de vos achats alimentaires des prochains mois.

#6  Fais des desserts

Il est possible qu’après avoir regardé le petit guide de recettes fourni par la nutritionniste de la clinique qui suit ta douce, vous trouviez les desserts proposés fades. Sans les exclure totalement de vos repas, tu trouveras plusieurs sites qui fournissent des recettes de desserts pauvres en glucides. Faites des recherches, trouvez quelques recettes plus gourmandes à tester et notez celles qui ont peu d’impact sur sa glycémie. Gardez-vous une petite réserve de la recette dans le frigo, ça sera utile pour les soirées où elle sera tannée de manger des noix avant d’aller se coucher. Par ailleurs, ces recettes seront primordiales pour son shower, ça fait que refile-les à l’amie chargée de l’organiser.

#7  Le repas post-accouchement

Vient enfin le temps de l’accouchement après ces mois d’efforts. Lorsque ta copine aura expulsé le fruit de votre amour, prévois-lui le dessert (ou le repas) dont elle rêve depuis qu’elle a été diagnostiquée et apporte-le directement dans la chambre d’hôpital. Son suprême de volaille beige sera beaucoup plus appétissant s’il est accompagné d’une poutine extra-sauce ou d’un gâteau au chocolat.

Il ne me reste qu’à vous souhaiter une belle grossesse. Tu vois peut-être mes conseils comme des condamnations alimentaires (ou physiques) et c’est correct, je te comprends. Néanmoins, vois-les comme des façons concrètes d’appuyer celle que tu aimes et qui n’a pas le choix de s’y plier pour que votre bébé naisse en parfaite santé.

Elle va apprécier les efforts que tu y mets, je te le garantis !

Christine M.
CHRISTINE M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *