6 choses à considérer si tu veux paresser dans ton lit la fin de semaine avec des enfants

woman hide in bed

Quand tes enfants vieillissent et qu’ils gagnent en autonomie, tu commences à respirer un peu plus légèrement. Quand tu n’as plus de boires à donner ou de couches à changer avant même que le réveil sonne, les enfants peuvent se passer de toi pendant un certain moment. Comme tu manques de sommeil depuis que ton premier est né, avoue que tu aimerais te prélasser un peu dans ton lit le samedi matin!!! Apprends-leur la débrouillardise (et comment allumer la télé) et tu augmentes tes chances de réussite. Par contre, ça implique un peu de laisser-aller de ta part. Voici la liste des choses avec lesquelles tu devras vivre pour que ça se réalise le plus tôt possible.

#1  La préparation

Pense à sortir la vaisselle dont ils auront de besoin la veille : si ton p’tit arrive pas à prendre les bols, il va venir te demander de l’aide. Un p’tit deux minutes le soir pour plus de tranquillité, penses-y bien.

#2  Les dégâts

Il va y avoir des dégâts : plus d’autonomie ne veut pas dire plus de talent pour viser le bol de céréales… donc à moins d’avoir un chien, tu vas te retrouver avec une portion complète de Froot Loops sur le plancher (si tu n’en trouves pas, c’est qu’ils les ont mangés pareil…). Ton comptoir va aussi avoir besoin d’un bon coup de guenille. Et s’ils le font eux-mêmes, tu vas repasser après eux, sans qu’ils te voient, pour ne pas les décourager. Avec le temps, ils vont viser mieux et ramasser mieux aussi.

#3  La santé

Le déjeuner ne sera pas aussi nutritif que si tu l’avais fait : y’aura pas personne pour leur dire de manger des fruits, de mettre moins épais de Nutella ou de ne pas prendre quatre verres de jus. Tu compenseras au dîner et au souper pour la qualité, ils ne vont pas souffrir de malnutrition pour autant. Tu vas peut-être sentir qu’ils ont un plus gros Sugar Rush, mais sans plus.

#4  Le repos

Tu pourras rester dans ton lit, mais le repos n’est pas garanti : qui dit enfants tout seuls dit beaucoup de bruit, d’obstinage et de placotage. Donc à moins d’avoir deux étages entre toi et les enfants (et encore), ça se pourrait fort bien que tu saches exactement tout ce qui se passe (et là, essaie de ne pas réagir quand il se passe quelque chose que tu n’approuves pas nécessairement).

#5  Le déjeuner au lit

Tu auras droit une fois de temps en temps à un petit déjeuner au lit : souvent pour ta fête ou la fête des mères, ça ne sera pas nécessairement bon, encore moins chaud, probablement pas ce que tu voulais, mais c’est tellement cute de leur part!!! Alors pas un mot à part merci et des bisous! Tu peux leur passer discrètement (mais pas trop) le message que ce n’est pas nécessaire afin que l’expérience gastronomique ne se répète pas trop souvent!

#6  Les niaiseries

Ils vont faire des niaiseries : ils vont essayer le sandwich beurre-de-pinottes-Nutella-confiture-extra-banane, le chocolat chaud quadruple concentration pis plein d’autres affaires pas d’allure. Laisse-les faire, fille. Ils vont apprendre, une mauvaise recette à la fois, plutôt que tu te fâches et qu’ils veulent juste recommencer. Possiblement que le contenu de ton garde-manger va diminuer plus rapidement que prévu, mais pense à long terme, tu vas être gagnante.

Le plus dur dans tout ça, le sais-tu ce que ce sera? Tu vas devoir faire le deuil des déjeuners relaxes et complices avec tes enfants où vous faites un déjeuner spécial et qu’ils t’aident à préparer la pâte à crêpes, par exemple. De voir que tes p’tits n’ont plus autant besoin de toi pour combler ce besoin fondamental. C’est ce que tu veux, qu’ils soient autonomes, mais en même temps, tu aimais ça te sentir indispensable… T’inquiète, ils vont te trouver plein d’autres choses à faire pour te sentir utile, crois-moi!

Sophie Métivier
SOPHIE MÉTIVIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *