Elle et sa maudite shape de plage en plein coeur de ta grossesse

women fight

On va s’le dire, avoir des enfants ça change ton corps à tout jamais. À partir du moment où tu regardes le test de grossesse positif, jusqu’à plusieurs mois, voire des années après la naissance de tes petits humains.

T’as beau te regarder dans le miroir en tenant d’une main tremblotante ton test de grossesse en te disant que ça va être le fun. Cinq minutes après, tu vas vivre dans le déni en te demandant ce que t’as fait là. C’est le moment que choisit la vie pour te frapper en pleine face et te dire que tu ne seras jamais plus la petite fille à maman et qu’un petit être va dépendre de toi toute sa vie. Parce que t’sais, ce qu’on dit; maman un jour, maman toujours.

Ta grossesse avance lentement mais sûrement. Tranquillement ton ‘’baby bump’’ commence à paraître. Ça, c’est les moments le fun où tu entends le cœur de bébé, où tu vas t’acheter des vêtements de maternité pis fracturer ton budget, que tu commences à réfléchir à un prénom et puis vient le moment où tu peux enfin le sentir bouger. Ça, c’est un des plus beaux moments ‘’ever’’ !

Le temps avance et le fameux moment où les gens ne savent plus sur quel pied danser arrive. ‘’Es-tu enceinte?’’ qu’ils vont te demander. Au début, c’est le fun. Mais vient un temps, quand tes hormones te pourrissent la vie et que tu commences à te dire que t’as l’air d’un bébé éléphant, que tu vas avoir envie de les r’virer dans leurs shorts et leur dire que tu es juste grosse juste pour t’en débarrasser. Au diable la politesse.

Vient ensuite le moment, passé les trente semaines de grossesse, où les vergetures se pointent, l’acné envahit ton visage, tu as les pieds aussi enflés qu’un Hobbit en route vers le Mordor, tu n’arrives plus à dormir et tes cernes frôlent ton nombril. Le moment où attacher tes lacets est une mission pour Ethan Hunt dans Mission impossible. Le moment où tu la vois elle. La vingtenaire au corps parfait. Intouchée par les joies, mais aussi les inconvénients de la maternité.

C’est là, que toi, la maman trentenaire, tu vas commencer à te comparer à elle. En la détestant du plus profond de tes tripes  enviant sa beauté, son teint bronzé, son corps sans marques, ses vêtements super à la mode, sa liberté. Parce que toi, ben tu ne peux pas t’exposer trop au soleil et en plus tu dois mettre une protection 2000. Parce qu’elle est capable d’attacher ses lacets, ELLE. Parce que son teint est parfait et sans boutons alors que le fond de teint et le cache-cernes sont tes meilleurs alliés quand tu daignes sortir de chez toi pour tes courses quotidiennes, en délaissant tes vêtements mous pour le linge de maternité qui a gobé une de tes payes.

Tu vas secrètement la maudire et avoir une soudaine envie de revenir plusieurs années en arrière. Elle et sa maudite shape de plage. Tu ne seras jamais plus comme elle. Dès la naissance de ton chérubin, tu ne voudras plus te promener en bikini à cause de ton mou de ventre qui n’est pas encore disparu. Elle et sa maudite shape de plage qui la rend si séduisante, elle et sa vingtaine aux yeux des hommes. Tu es en couple et tu respectes ta relation, mais quand tu te sens moche, un petit sourire venant d’un inconnu croisé sur le trottoir, ça fait du bien. C’est sûrement pas toi, ta bedaine, le mont Everest qui a poussé sur ton nez la nuit dernière et tes pieds de Hobbit qui allez faire tourner les têtes.

Pour calmer tes nerfs, tu vas finir dans un café avec un milk-shake aux fraises pis une viennoiserie. Tu vas continuer de la regarder, elle et sa maudite shape de plage. C’est enfin là que tu vas sourire et te dire que tu les as eues toi aussi, tes jeunes années parfaites dans la vingtaine. Mais aussi, qu’elle et sa maudite shape de plage vont sans doute te ressembler lorsqu’elle atteindra la trentaine.

Et toi, tu seras dans la quarantaine. Tu auras retrouvé ton autonomie, ta liberté, ton corps d’avant (plus quelques résidus de vergetures certes et un petit mou de ventre, mais ton corps d’avant), ton teint hâlé de bord de piscine. Tes enfants vont avoir grandi et tu vas être heureuse d’avoir traversé tout ça. Et qui sait, c’est peut-être elle qui va te regarder dans la rue et t’envier. Elle et sa bedaine, son mont Everest qui lui a poussé sur le nez et ses pieds de Hobbit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *