Ton accouchement à guichets fermés : 4 maudites bonnes raisons de limiter les visites à l’hôpital

newborn with mother at hospital

Ça va commencer par ta mère, qui va exiger te demander d’être la première à venir vous voir le jour J. Puis tes beaux-parents, qui vont être ben contents en apprenant que tu vas  accoucher à l’hôpital tout près de de chez eux. Même ta sœur va te demander quelles sont les heures de visite (une petite heure chaque soir, by the way), le coût du stationnement, pis-donne-moi-donc-le-chemin-Google-Map-avec-ça.

Lentement mais sûrement, la petite boule de neige dans ta tête va devenir un méchant gros bonhomme. Tu vas te mettre à calculer, mais t’auras pas assez de doigts pour compter tous les membres de ta famille qui voudront entrer dans ta chambre juste après la délivrance pour s’approprier rencontrer ton bébé tout neuf. Ta zénitude va donc prendre le bord pour laisser place à un début d’angoisse, une montée de lait précoce et un questionnement existentiel : est-ce que ton chum et toi souhaitez vraiment vivre vos premières heures comme parents en version Open House à l’hôpital alors qu’un événement à guichets fermés ferait ben mieux votre affaire ?

Pense à ce qui suit, fille.

#1  Tu en auras déjà plein les bras

Tu t’en vas pas au Club Med. Tu seras pas à ton meilleur et le peu d’énergie qui va te rester après vingt heures de travail et deux heures de poussée te servira à t’occuper de ton petit, manger un peu, dormir, essayer d’aller aux toilettes (bonne chance) et peut-être même prendre une douche. Les infirmières vous lâcheront pas et faudra même noter tous les pipis, cacas et boires de bébé. Et ça c’est juste quand tout va bien. Tu commenceras ta nouvelle vie de maman avec un horaire assez chargé merci.

#2  Tu es pudique

Pour toi, donner naissance, c’est comme faire l’amour, ça se vit dans l’intimité. Et ton intimité, physique et mentale, tu y tiens. Ça fait que pour raconter en détail ton accouchement et répondre aux questions « As-tu fait caca sur la table » et « As-tu beaucoup déchiré », faudra que les souvenirs soient un peu moins frais dans ta mémoire. Tu vas déjà avoir dévoilé pas mal de ton toi-même au personnel de l’hôpital anyway, les autres peuvent attendre. Alors définis clairement les limites de ta bulle et profite des quelques moments de tranquillité pour fusionner avec ton nouveau-né, l’allaiter en paix et te promener les seins nus dans ta chambre, parce que c’est juste plus confortable de même.

#3  Il y aura (peut-être) déjà du monde dans ta chambre

Si tu es ben malchanceuse et que tes eaux crèvent un soir de pleine lune, que tu as conçu un bébé pendant le temps des Fêtes ou juste que la Loi de Murphy s’applique, il n’y aura plus de chambre privée pour toi à ton arrivée. Tu profiteras donc de ton séjour dans l’intimité d’autres humains, inconnus. Plus on est de fous, plus on rit? Euh non. Alors on repassera pour l’ajout de visiteurs dans une petite chambre qui est déjà à pleine capacité.

#4  Tu as le droit d’être égoïste pour faire changement

Tu dis toujours oui à tout le monde et on t’apprécie ben gros pour ça. Mais cette fois, ton instinct de maman ours va vouloir prendre le dessus et hiberner pour quelques jours. Tu voudras coller ton bébé et le protéger de ce qui l’attend dehors, dans le grand monde. Pis mettre ta coquetterie habituelle de côté au profit de ta couette grasse et de ton linge mou. Et quand tu seras prête, tu voudras que ton précieux fasse son entrée en société dans le confort de ton foyer. Vous serez tous les deux propres, beaux et bien habillés (question de faire de belles photos) pour recevoir tous ceux qui sont importants dans votre vie. Profites-en pour confier la gestion des rendez-vous à ton chum pis un coup parti, qu’il demande aux invités d’amener un peu de bouffe, de te faire un café et de te partir une brassée.

Pour une, plusieurs ou toutes ces raisons, fais confiance à ton feeling et choisis le scénario dans lequel tu te sentiras le mieux. Invite qui tu veux; ta mère, ta best, ou personne. L’important, c’est que tu accueilles ta petite merveille dans un environnement plein de bonheur, de respect et d’amour, à ton image. Les autres auront toutes les années à venir pour en profiter. Mais les premières heures seront à toi.

(Et si jamais tu décides, comme moi, que les visites se feront uniquement à la maison, dis-toi qu’il ne sera pas trop tard pour changer d’idée sur le coup de l’émotion et Facetimer tout ton monde de ton lit d’hôpital pour pavaner avec fierté ton nouveau bébé même-pas-encore-lavé.)

Mlle B.
MLLE B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *