Mon cœur d’enfant

woman swing outdoor

J’aimerais retrouver mon cœur d’enfant, ne serait-ce que l’espace de quelques instants, pour revoir le monde tel que tu le vois présentement. Pour m’émerveiller en contemplant les premiers flocons de neige tombés, pour sentir pour la toute première fois le sable doux et chaud, à travers mes petits orteils.

J’aimerais retrouver cet univers magique où une boîte de carton devient un château, une feuille de papier se transforme en paquebot, où mes oursons se métamorphosent en petits êtres vivants au coucher du soleil.

J’aimerais revoir ma mère à l’âge que j’ai présentement, qu’elle prenne soin de moi les jours de fièvre. J’aimerais pouvoir sentir l’odeur d’un repas qui mijote, revoir ma petite chambre rose et ses trésors, me faire lancer haut dans le ciel par mon père et rire, danser, jouer et chanter.

J’aimerais m’endormir le soir sans penser à demain. Avoir la certitude que rien ne peut m’arriver, car même si les vilains monstres s’invitent dans mes songes, il y aura toujours papa et maman pour les repousser.

J’aimerais retrouver mon cœur d’enfant pour avoir le cœur léger, voir les gens avec cette naïveté qui disparaît en vieillissant.

Je voudrais voir la joie avant la tristesse, la confiance avant la méfiance, la beauté avant la laideur, le Bien avant le Mal.

Je voudrais m’émerveiller devant toutes les nouveautés de la vie, devant un jouet animé ou un livre aux histoires mythiques. Découvrir une saveur, entendre une mélodie pour la première fois, découvrir la nature et ses secrets.

Avoir hâte à mon anniversaire, hâte de vieillir encore d’un an pour souffler facilement mes quelques bougies sur mon gâteau et voir tous ceux que j’aime réunis pour me chanter un joyeux anniversaire.

J’ai perdu mon cœur d’enfant trop vite, est-il trop tard pour le retrouver?

Avec toi à mes côtés, j’enlève de temps en temps mes lunettes de grand et j’enfile les tiennes pour tenter de découvrir ton univers, ton Monde, tel que tu le perçois. Et je le contemple, parfois, même si je l’ai abandonné, même si je l’ai laissé tomber.

Et je réalise à quel point j’ai tout à apprendre de toi et de la magie de ton enfance.

Karine Pilotte
KARINE PILOTTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *