Tourner la page

woman walk out

Salut 2017,

Je ne sais pas comment tu vas déjà, ni comment tu vas aller. Mais j’ai envie de te parler. Je veux te dire une chose. Je veux te dire que je suis prête. J’ai finalement closé 2016, pis 2015, 2014 et les autres aussi. Parce qu’on ne se mentira pas, j’essayais surtout d’arrêter le temps, pis de sauver ma face par moments. J’ai essayé pendant trop longtemps d’oublier que le passé, lui, il court plus vite que marche le présent. Puis tu sais, quand je passe mon temps à regarder en arrière, je ne vois pas trop où tu essaies de m’enligner, toi pis ta nouvelle année.

J’ai fermé le dossier aujourd’hui. J’ai fait le ménage des papiers accumulés que j’avais essayé d’ignorer. On n’oublie jamais vraiment rien, tu sais. Apeurée, tant que je n’étais pas prête à tout lâcher, le déni m’a bien aidée. Comme si j’étais confortable dans mon malheur. Mais maintenant, c’est terminé.

J’ai fait un beau tas de déchets. Des échecs, des déceptions, du jugement, de la manipulation, du mépris. Et des mots, beaucoup de mots, que j’ai couchés sur papier pour ne pas m’oublier.

Je ne te mentirai pas. 2016 et les autres années sont là pour en témoigner. Parfois, c’est moi aussi qui ai contrecarré le projet. La peur, ça te fige plus souvent qu’autrement. Je me suis laissé intoxiquer et malmener, volontairement par moments. J’ai mal agi moi aussi. J’en prends le blâme, j’ai les épaules solides. Mais je veux juste que tu saches que j’ai essayé, que j’ai voulu et que j’ai agi comme j’ai pu. Probablement comme tous ceux qui m’ont fait du mal. On fait pas mal ce qu’on peut avec ce qu’on a dans ce monde-là.

Mais là, ça y’est, j’ai balancé ma boîte de vieux dossiers aux vidanges. Je les ai laissé aller, au lieu d’essayer de les reclasser autrement. J’ai pris soin de mettre à l’abri les beaux morceaux, les souvenirs et les vrais sourires. Et maintenant, je suis prête. J’ai vu ce que je ne voulais pas voir et j’ai compris ce que je ne voulais pas comprendre.

Fait que, je suis prête, 2017. Prête à saluer mon passé et à le remercier. Prête à recevoir ce que je ne croyais pas pour moi. Prête à vivre ce qui me faisait peur. Prête à aimer sainement et ouvertement. Prête à courir le risque de perdre ce que j’ai. Prête à ne plus jamais reculer. Prête à faire confiance aux autres et à la vie.

Je ne sais pas comment tu vas aller, ni ce que tu prévois me donner, mais je sens qu’on va être amies toi et moi, 2017.

Vanessa Lalancette
VANESSA LALANCETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *