Ma maternité plus que parfaite

mother and newborn

Mon bébé a onze mois. Je sais que je vais vivre des périodes plus difficiles comme le retour au travail, le terrible two, les microbes de la garderie, mais pour l’instant, je savoure mon bonheur parce que je vis une maternité plus que parfaite.

Je vis une maternité plus que parfaite parce que je suis tombée enceinte facilement. Pas de fatigue, de nausées, de pieds enflés, bref aucun symptôme, à ma plus grande surprise. Seulement une parfaite harmonie avec mon corps qui changeait et mon bébé qui grandissait en moi. Ces neuf mois ont été plus que parfaits.

Je vis une maternité plus que parfaite parce que mon accouchement a été parfait. Bien que j’étais prête à toutes les éventualités, c’est le scénario que j’avais imaginé qui a remporté la Palme d’or. En tout et partout, 4h30 de contractions et 1 h 30 de poussées. Dans une chambre d’hôpital, avec ma sage-femme et mon amoureux, sans épidurale, connectée avec mon bébé et me sentir comme une guerrière invincible, voilà tout ce que je désirais et qui est arrivé. J’ai adoré accoucher et, à ma plus grande surprise, je suis déjà prête à recommencer. Ce moment si puissant a été plus que parfait.

Je vis une maternité plus que parfaite parce que mon expérience d’allaitement a été parfaite. J’avais beaucoup lu sur le sujet, je savais que je pouvais rencontrer des difficultés. Mais rien, à ma plus grande surprise. J’ai allaité mon bébé avec facilité du premier coup. C’était si simple et si beau, une connexion magique avec la chair de ma chair. Je n’ai eu aucune gerçure, aucune douleur, aucun pépin. Et que dire du sevrage que j’ai initié neuf mois plus tard. Il a suffi d’une petite semaine pour que mon bébé transite vers le biberon et que je retrouve un peu plus de liberté. Mon expérience d’allaitement a été plus que parfaite.

Je vis une maternité plus que parfaite parce que je trouve mon nouveau corps parfait. Un corps qui a porté et donné la vie, mais qui, à ma plus grande surprise, n’en garde aucune marque. Aucune vergeture, aucune peau molle, un ventre plat. Mon corps de maman est plus que parfait.

Je vis une maternité plus que parfaite parce que mon congé de maternité a été parfait. Dès ses deux mois, mon bébé faisait des nuits de treize heures, à ma plus grande surprise. C’est une dormeuse. Disons que je n’ai pas vraiment vécu de périodes de fatigue… pour l’instant. En plus de passer des moments mémorables avec mon bébé, j’ai eu le temps de prendre soin de moi. C’est-à-dire lire, écouter des séries, recommencer mes cours de karaté, faire des siestes au soleil, prendre de longs bains. Mon congé de maternité a été plus que parfait.

Je suis encore surprise de la facilité avec laquelle je vis ma maternité alors que j’avais appréhendé tout à fait l’inverse. Je n’ai rien fait de spécial, je n’ai rien demandé. Il y a une grosse part de chance et de hasard. Toutefois, il arrive que je me sente mal que tout soit si parfait, si facile. Je ne devrais pas.

C’est mon histoire et c’est seulement le résumé du premier tome d’une longue série.

Élyse Morand
ÉLYSE MORAND

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *