Être conjointe de militaire et maman

soldier father

Mon mari est militaire. J’ai parfois l’impression que la vie militaire, vue de l’extérieur, est entourée d’une aura de romantisme. Un beau soldat sexy dans son uniforme part défendre sa patrie au loin, tandis que sa bien-aimée l’attend derrière. Ils s’envoient des lettres d’amour enflammées (ou plus probablement des courriels !) et lors des retrouvailles, tombent dans les bras l’un de l’autre en pleurant de joie. Ils vivent ensuite dans la plus parfaite harmonie. En fait, la réalité est beaucoup plus prosaïque, surtout lorsque des enfants sont aussi présents.

Être conjointe de militaire, c’est avant tout vivre dans l’incertitude. À quand le prochain déploiement ? Où et quand aura lieu le prochain déménagement ? C’est une épée de Damoclès qui reste constamment suspendue au-dessus de ta tête. Et parfois, tu ne t’habitues jamais tout à fait à cette inquiétude permanente.

Être conjointe de militaire, c’est accepter de devoir changer d’emploi au même rythme que les affectations de ton militaire. C’est chercher activement un emploi, parfois sans succès. C’est aussi retourner aux études pour tenter d’occuper un travail polyvalent qui te permettra de l’exercer partout au pays. Pour certaines, c’est user d’ingéniosité et mettre en branle sa propre entreprise.

Être conjointe de militaire, c’est s’inquiéter. Lorsque ton homme part en déploiement dans des régions du globe instables ou dangereuses, tu sursautes lorsque la sonnette de la porte retentit. Tu vas ouvrir la porte en retenant ta respiration. Ton cœur se remet à battre normalement lorsque tu réalises que ce n’est que le facteur qui t’apporte un colis. Tu t’inquiètes de devoir tout prendre en charge et tu ne sais pas comment annoncer à tes enfants que papa devra partir pour de longs mois. Tu pleures le soir, car ta famille est loin et tu ne te sens pas à la hauteur pour gérer toute seule la maisonnée. Tu pleures quand tes enfants réclament leur père, parce qu’à toi aussi il te manque, de façon viscérale.

Être conjointe de militaire, c’est entendre des commentaires du genre : « Wow ! Moi je ne serais jamais capable de vivre comme ça ! » Ou bien : « J’imagine que tu savais dans quoi tu t’embarquais, non ? » Non, je ne le savais pas. J’en avais une vague idée. Peut-être étais-je même un peu naïve en me disant que notre amour nous aiderait à passer au travers des obstacles de la vie militaire. Mais on ne choisit pas de qui on tombe amoureux. Et ça a adonné que moi, mon homme est militaire.

Finalement, après une longue absence, ton homme revient. Toi et tes enfants êtes fous de joie de le revoir. Par contre, toute la famille doit se réhabituer à vivre tous ensemble et à adopter une nouvelle routine, ce qui ne se fait pas sans heurts. Et dans certaines familles, il faut apprendre à vivre avec un syndrome de stress post-traumatique, qui peut venir hanter toutes les sphères de la vie familiale.

Par contre, être conjointe de militaire, c’est apprendre à vivre au jour le jour et à apprécier au maximum chaque moment passé en famille. C’est se découvrir des forces insoupçonnées, une résilience hors du commun et des capacités d’adaptation bien développées. C’est offrir à ses enfants une vie diversifiée en terme de rencontres et d’endroits visités. Malgré ces défis, malgré l’amertume que je ressens parfois, c’est ma vie. Une vie unique.

Mélina Morin
MÉLINA MORIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *