Les matantes

aunt concept

En toute franchise, il n’y a pas une fille qui a envie d’être qualifiée de matante. Parce qu’une matante, c’est bien connu, ça conduit lentement. Ça a des hobbies poches comme le crochet ou les quilles. Ça pense que les téléromans, c’est la vraie vie. Ça donne des becs qui tachent les joues de rouge à lèvres, et ça empeste le parfum cheap. Quand matante cogne à la porte à l’improviste, on se cache derrière le divan en espérant qu’elle s’en aille rapidement. Son arrivée dans les partys de famille sonne le moment où on part se réfugier au sous-sol avec les enfants et la bouteille de Tequila pour échapper à ses critiques acerbes.

On la connaît toutes, cette image de la matante détestable. Mais des fois je me demande… : c’est qui, dans le fond, cette matante-là?…

Moi, je connais des matantes fines, vraiment fines. Des matantes qui m’ont toujours reçue à bras ouverts quand j’étais enfant, le temps d’un week-end ou même d’une semaine d’été. Qui m’ont bercée, gardée, sortie, promenée. Qui m’ont gâtée très longtemps des plus beaux cadeaux et des desserts les plus décadents. Je les trouvais donc belles et elles sentaient donc bon! Je suis adulte aujourd’hui. Ce sont mes enfants maintenant qui profitent du grain de folie de ces tantines rigolotes, qui n’hésitent jamais à se prêter à leurs jeux farfelus.

Mes matantes  sont cool, très cool! Des matantes qui sont sur Facebook, qui lisent mes billets de blogue, qui écoutent Like-Moi, qui me conseillent d’excellentes lectures et de qui je pourrais très bien emprunter des vêtements. Des matantes avec qui je peux jaser.

J’ai des matantes pour lesquelles ma porte sera toujours ouverte. Quand elles m’invitent, je n’ai pas envie de rouler des yeux. Je n’y vais pas à reculons. J’accepte avec plaisir et j’ai hâte d’y être! Parce que je sais que ce sera agréable, que mes enfants vont triper, qu’on va rire en masse et qu’on va se régaler.

Renée, Suzie, Sonia, Sylvie, Ginette : ne vous sentez nullement concernées par cette réputation peu reluisante des matantes de ce monde. Je vous aime, mes chères tantes, et je ne me cacherai jamais derrière un meuble pour échapper à vos visites surprise! Promis!

Pis toi, fille, as-tu, comme moi, des matantes de rêve?

Mélissa Brassard
MÉLISSA BRASSARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *