Mon combat contre l’hypocrisie

femme deux faces

Dans le coin bleu, représentant à la fois l’honnêteté, la bravoure et la franchise – Mme Franc-parler. Avec plusieurs victoires à son actif, souvent par décisions, c’est une femme d’expérience qui en a bavé pendant sa carrière. Le regard vif et le sens de la répartie très aiguisé, elle est aux aguets et parée à affronter tout type de situation.

Dans le coin rouge, représentant plutôt la corruption, la lâcheté et l’hypocrisie – Mme Par-en-dessous. Jusqu’à maintenant, cette redoutable adversaire détentrice du titre s’avère une combattante qui n’a pas froid aux yeux. Un savant mélange de puissance et de subtilité ont eu raison de toutes ses rivales par K.O. cette année.

Qui vaincra?

Je parle d’un combat qui débute pendant la petite enfance. Ça remonte à tes valeurs profondes, à ce que tes parents t’ont enseigné. Voulant bien faire, bien-sûr-absolument-c’est-certain-pis-ben-évident, des maximes telles que « fais pas à l’autre ce que tu voudrais pas qu’il te fasse » et « qui ne risque rien n’a rien » semblent faire un clash pas trop clean dans ta tête. Comment arriver à faire l’une sans passer par l’autre?

À l’école, dans le temps, tu as entendu les profs réciter leur laïus. T’sais, c’est important de tout dire avec des mots de grands, d’être transparents. C’est d’une évidence même.

Aujourd’hui, pleine de bonne volonté et de savoir-vivre, toi aussi, tu tentes d’inculquer à la chair de ta chair de nobles principes tels que « Règler ses conflits face à face » et « Dire la vérité ». Ça fite avec le projet éducatif de l’école de ton plus grand en plus, fait que t’es en business.

Faux.

La vérité, c’est que la société est une jungle. Et l’homme n’est rien de moins qu’un animal. Afin de survivre dans cette jungle, l’espèce humaine a développé au fil des siècles menues stratégies : la force, le camouflage et la ruse. That’s it. C’est encore la loi du plus fort. Si le combat ne peut se régler avec les poings, l’être humain puise dans ses ressources cérébrales afin de trouver un moyen plus subtil, moins flagrant, pour régler ses différends pour la simple et bonne raison que ça ne paraît pas nécessairement bien de garrocher une taloche à ta collègue quand elle ne fait pas bien son travail. Ce n’est pas socialement acceptable.

On peut ne pas frapper, certes, mais devons-nous absolument utiliser la ruse? Esquiver le problème, se camoufler telle une autruche qui attend que la tempête passe ne sont peut-être pas les meilleurs moyens à utiliser non plus. Mais y a-t’il moyen de discuter, d’utiliser la force des mots pour se parler face à face?

Je pense que si chacune d’entre nous retire l’hypocrisie de son mode de vie, se tient debout et règle ses conflits « avec des mots de grands avec la personne concernée », on arrivera peut-être à créer un monde meilleur pour nos citoyens en devenir.

C’est le combat d’une vie. Est-ce que la franchise a le droit de gagner?

Lysiane Beaubien
LYSIANE BEAUBIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *