Les nerfs Madame Blancheville : le lavage

maman cinglante lavage madame blancheville

Les moutons de poussière se promènent en dessous de la table de la cuisine comme des balles de foin dans le Far West et fraternisent avec les graines de toast. Le lave-vaisselle est plein mais si tu pousses, ça rentre encore. Same thing pour la poubelle de la salle de bain et comme personne n’est capable de viser dedans avec son Kleenex plein de morve pour une raison obscure, le plancher est miné des munitions qui n’ont pas atteint leur cible. La montagne de linge sale qui tangue un peu sur la droite mais qui tient toujours debout sans tuteur crie ton nom. Bref, samedi matin 7h00, panique générale, t’as perdu le contrôle de la maison. Te v’là déjà armée de ta guenille de Lysol, de ton sceau de Spic n’ Span et de ta Dyson dernier cri avec tes cheveux en forme de couette de cheval et ton chic kit de Desesperate Housewife pour remédier à ce désordre inadmissible. Je te promets une face de carême à 9h00 parce que tu vas en avoir déjà plein le derrière pis je te dis : « Les nerfs, Madame Blancheville ! »

Je sais pas pour toi, mais moi, la vie de famille m’a appris ben des affaires. J’ai compris, entre autres, que la zénitude c’est quelque chose de ben éphémère et que pour rester Feng shui, il faut savoir choisir ses combats. Ma plus grande force aujourd’hui, c’est de balayer en dessous du tapis. Au sens propre comme au sens figuré. Je veux dire, ce qu’on ne voit pas, ça fait pas mal.

Ça fait que je me suis dit que j’allais te donner mes meilleurs trucs pour t’éviter de te transformer en espèce de ménagère amère pis j’ai décidé de te parler de cette activité éternelle qu’on fait en boucle jusqu’à ce que la mort nous donne un break : le lavage. Toute bonne famille vit dans le cycle infini du lavage. S’il n’y a pas de linge sale dans ta laveuse, il y a du linge propre dans ta sécheuse. S’il n’y a pas de linge propre dans ta sécheuse, il y a du linge à plier dans un panier. Il n’y a pas de trucs miracles, tu ne t’en sortiras jamais. Mais je peux apaiser ta douleur.

Bon, OK. Premièrement, arrête de diviser les couleurs. Je sais pas, c’est qui le twit qui a dit que que le foncé n’avait pas le droit légal d’être mélangé avec le pâle mais il était fondamentalement dans le champ et à cause de lui, des millions de personnes perdent leur temps et une couple de gallons d’eau à faire deux lavages plutôt qu’un par crainte de voir leurs belles bobettes Fruit of the Loom blanches rosies par un tee-shirt rouge de Spiderman. Ton linge de couleur vive, tu le laves une fois avec du foncé et c’est réglé. Il déteint pas à perpétuité comme ta teinture Nice’n easy.

Je t’invite aussi fortement à te questionner sur la nécessité du pliage. Je veux dire, des bobettes pis des bas là, ça se porte bien même si ça l’a préalablement vécu en motton quelque part dans ton tiroir pendant deux semaines. Personnellement, personne ne m’a encore arrêtée sur la rue pour m’avertir que mes bobettes étaient frippées. Pis le linge des enfants, penses-y. Penses-y bien. Si tu laisses tes enfants s’habiller seuls, tu les laisses aussi fouiller dans leurs tiroirs seuls. Tu me suis ? Tu fais le calcul ? Il reste plié combien de minutes, le linge, tu penses ? C’est vrai que c’est plate, un tee-shirt frippé. Mais ce qui est encore plus plate c’est un tee-shirt préalablement plié frippé. Pour ce qui est des serviettes et des débarbouillettes, arrête de vouloir leur donner un sens quelconque dans l’armoire. Premièrement parce que ça frôle le TOC et que tu ne te rappelles jamais dans quel sens tu avais choisi de le mettre la dernière fois et deuxièmement parce que tu peux laisser ça de même, n’importe comment, fermer la porte, l’oublier et aller te prendre une coupe de vin sur le patio avant que l’hiver arrive. C’est fou de même. Mais ça marche. Et personne ne va jamais t’en tenir rigueur. Pire, personne ne va jamais s’en rendre compte. Sauf toi.

Je te parle pas des draps contour, j’ose espérer que tu as abandonné l’idée de les plier sur le sens du monde il y a plusieurs années et qu’ils sont tous soigneusement rangés en tapon quelque part.

Ça fait que c’est ça. Ton calvaire ne sera pas forcément moins lourd mais il a une petite chance d’être moins long. Pis quand toute la famille porte du linge frippé, il n’y a plus personne pour faire remarquer à l’autre qu’il est un peu sur le camp.

Bonne semaine !

logo parfaite maman cinglante


3 thoughts on “Les nerfs Madame Blancheville : le lavage

  1. AuDz Répondre

    Enfin, je ne me sens plus seule! Ça sert à quoi de trier le linge? Personnellement, mon panier à linge sale, c’est ma laveuse. Tu sacres tout dedans (serviettes comprises) et quand c’est plein, tu pars ta brassée pis ta sacre dans sécheuse après. Pas besoin de plier les chandails, t’as juste à mettre ça sur des supports pis ça ne frippe pas… Sauf quand ta brassée reste deux jours dans ta sécheuse, ou dans le panier parce que t’as clairement mieux à faire que de ranger ton linge…

  2. Mélissa Répondre

    Merci de me faire sourire en mettant les mots exacts sur ce que l’on vit à tous les jours 🙂

  3. Marie Répondre

    Bon, je ne me sentirais plus cheap de mettre tout le linge en motons dans les tiroirs des enfants 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *