10 trucs pour survivre à la maternité sans boire d’alcool

woman fridge with cake and alcohol

On le sait toutes, la maternité demande certains sacrifices. Si tu as été enceinte et que tu as allaité tes cinq enfants back à back, il est possible que tu te sois privée depuis déjà longtemps d’un des grands plaisirs de la vie : l’alcool.  Ou peut-être que tu n’en tolères pas une goutte et que la dernière fois que tu as bu un verre de vin, tu as fini toute nue dans une flaque d’eau au bord d’une route inconnue aux petites heures du matin. Bref, à toi qui ne bois pas, j’offre ces dix des trucs qui t’aideront à survivre à ton calvaire ta maternité sans alcool.

#1 Mange des cochonneries

Bon, je sais, ça fait engraisser (se référer au point deux si nécessaire). Mais si tu es comme moi et qu’en plus, tu ne bois pas de café, ta réserve quotidienne d’énergie risque d’atteindre le fond du baril avant même que l’après-midi soit commencé. Je pense qu’un bon gros morceau de brownie dévoré en cachette dans les toilettes fait bien l’affaire pour oublier momentanément la pile de linge sale.

#2 Fais de l’exercice

OK, c’est facile à dire, mais t’sais, prendre une marche jusqu’à la boîte postale, monter les escaliers quarante-six fois en faisant le ménage ou encore te pencher dix fois pour ramasser le ?%#*& de Lego sur lequel tu as pilé trois fois, je pense que ça compte. Au pire, fais juste mettre ton activewear et va te pavaner au centre d’achats. Tu te sentiras sportive tout en magasinant des robes. Sans blague, courir au soleil avec ta musique sur les oreilles, c’est franchement libérateur…si tu te rends au coin de la rue.

#3 Bois beaucoup de café

Si tu en bois assez et que tu le prends bien noir, ça ta donnera un high assez fort et assez long pour survivre à un samedi d’orage alors que le câble a lâché. Si tu ne bois pas de café….je te souhaite bonne chance.

#4 Trouve-toi un passe-temps

Je me dois de spécifier : trouve un hobby qui n’intéressera pas tes enfants et qui ne contient pas de choses qu’ils pourront venir détruire en ton absence. Idéalement, ne choisis pas de construire des châteaux de la Renaissance en modèle réduit à l’aide d’allumettes. Je sais que ta patience est déjà souvent limitée, aide-toi un peu quand même.

#6 Lâche un peu internet

Oui, tu as bien lu. Parce qu’avec internet, tu risques de te crinquer en lisant des articles sur la parentalité et l’envie de t’obstiner risque de te prendre alors que tu le fais déjà cent fois par jour avec tes enfants. Tu verras passer des publicités de gens qui boivent et sont beaucoup trop heureux et motivés pour que ce soit réaliste, puis tu deviendras hypocondriaque en consultant Google, Naître et grandir ou Wikipédia.

#7 Mange sainement

Oui, d’accord, je me contredis un peu… Mais le dicton nous rappelle qu’un esprit sain vit mieux dans un corps sain. On va se le dire, celui qui a dit que manger du brocoli rendait plus sain d’esprit quand tu as passé la journée avec trois marmots, je ne sais pas c’est qui, mais il ne devait pas avoir d’enfant.

#8 Va magasiner

Le remède miracle à toutes les peines et frustrations! De préférence, magasine toute seule, à ton rythme et achète-toi du linge ou du maquillage. En fait, n’importe quoi qui te fera sentir bien l’espace de… quinze minutes environ.

#9 Parle à ta mère

Il y en a qui ont des mères moins présentes que d’autres, mais il me semble qu’en général, une mère a toujours de bons conseils, aime ça parler longtemps au téléphone et va prendre ton parti quand tu seras coincée dans une chicane avec quelqu’un. Mais je ne peux pas garantir les résultats, parce qu’il y a autant de sortes de mères que de gouttes dans l’océan.

#10 Fais du jardinage

On dit que le jardinage est très zen et c’est une activité qui ne nécessite pas d’avoir un verre de vin à la main… À moins que tu n’aies vraiment pas le pouce vert et qu’après deux semaines, toutes les fleurs soient mortes, que le gazon soit jaune et couvert de pissenlits. Si c’est le cas, c’est pas grave, ferme les rideaux des fenêtres qui donnent sur la cour et prends bien soin de détourner le regard de tes plates-bandes quand tu sors. Les enfants et toi, vous irez au parc à la place, là où il y a des gens qui ont été payés pour répandre du paillis.

Virginie Boissonnault
VIRGINIE BOISSONNAULT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *