À toi, ma fille anxieuse

À toi, ma fille anxieuse, Je voudrais te donner ma carapace. Mon armure en entier. Celle que j’ai mis des années à forger. Pièce par pièce, morceau par morceau pour que tu t’apaises chaque fois que panique ton cerveau. Mais juste un petit bout à la fois, pour que tu ne t’endurcisses pas à la Lire la suite…

Je vis avec cette bête noire qui s’appelle l’anxiété

Je vis avec cette bête noire qui s’appelle l’anxiété. Celle qui me gruge petit à petit jusqu’à ce qu’il ne reste que des miettes de moi. Celle qui m’empêche sournoisement de dormir en m’écrasant la poitrine de toutes ses forces jusqu’à ce que je ne puisse plus respirer. Celle qui me regarde de loin, qui Lire la suite…

À toutes les femmes anxieuses qui deviendront mamans

À toi, la femme anxieuse qui deviendra maman, j’aimerais pouvoir te dire que la naissance de ton enfant sera tellement merveilleuse que tu en oublieras tous tes tracas. À toi, la femme anxieuse qui deviendra maman, j’aimerais pouvoir te dire que ton rôle de mère te comblera tellement de bonheur que plus rien d’autre n’aura Lire la suite…

Je suis une maman anxieuse

Un jour, on m’a dit que l’anxiété, était un cheval sauvage; difficile à dresser jusqu’à ce que tu apprennes à mieux le connaître, que tu parviennes à le dompter et qu’il t’amène à te surpasser. Je suis une maman anxieuse. Souvent, je panique. Mes mains se mettent à trembler, mes dents à claquer et je Lire la suite…

À mon anxiété, je suis plus forte que toi

Un jour que je n’ai pas choisi, la vie m’a brisée en mille morceaux et, toi, mon anxiété, tu m’as cambriolée. Tu es partie avec tout ce que j’avais de plus beau et de plus cher : moi. Jadis vivante, le lendemain morte. Au fil des mois, j’ai peu à peu repris des couleurs mais Lire la suite…

À mon enfant anxieux

À toi mon enfant anxieux; Mon enfant qui peine à s’endormir le soir; Mon enfant qui se pose mille et une questions que les enfants ne devraient pas se poser si jeunes; J’aimerais tellement avoir le pouvoir de supprimer ces craintes de tes pensées ou te venir en aide lorsqu’elles prennent le dessus sans raison Lire la suite…

Chère angoisse, arrête de m’angoisser

Chère angoisse, Je n’irai pas par quatre chemins, je ne te veux pas dans ma vie. Tu es sournoise, hypocrite et tu te permets toujours de débarquer sans même me prévenir. Chère angoisse, Je n’ai pas besoin de toi pour aller au parc avec mes enfants, ni pour aller faire mon épicerie et encore moins Lire la suite…

À toi, mon anxiété, sache que je suis prête à me battre

À toi, mon anxiété, Depuis quelque temps, tu me gruges en dedans. Tu me fais sentir faible et sans défense. Tu me fatigues. Tu prends toute la place. Tu es partout. Je te sens du matin au soir et tu erres même dans mon sommeil. À toi, mon anxiété, Depuis quelque temps, tu m’accompagnes partout Lire la suite…

À toi qui souffres et s’enfonces

À toi qui souffres et s’enfonces, Je veux que tu saches que ta vie est importante et que c’est une raison suffisante pour que tu prennes soin de toi et que tu t’organises pour faire de ton existence quelque chose de beau, même si de temps à autre, elle t’apparaît moins belle. Je sais que Lire la suite…

Toi, mon anxiété

Elle est sournoise et désagréable. Elle tisse sa toile comme une araignée, lentement mais avec acharnement. Elle débarque comme la gastro et les poux, sans prévenir. Personne n’en veut, mais elle réussit facilement à s’incruster. Elle n’avertit personne de sa venue, elle ne frappe jamais avant d’entrer et elle a décidé de s’inviter chez moi Lire la suite…

Ce soir, j’ai une date avec mon anxiété

Ce soir, toi pis moi, mon anxiété, on se date encore. On commence à se connaître pas mal après toutes ces années, hen? T’es fidèle au poste depuis longtemps. Dès que j’entre dans ma maison vide en finissant de travailler, tu m’accueilles et m’enveloppes de ce sentiment étouffant, mais tellement familier qu’il en est presque Lire la suite…

L’anxiété a eu raison de toi

Toutes ces années, tu as bâti ton barrage une brique à la fois en t’assurant que le mortier serait assez solide et que tout était bien aligné. Toutes ces années, tu t’es convaincue que ces murs seraient assez résistants pour retenir tout ce qui les mettrait à l’épreuve. Tu t’es même assurée de les polir afin d’oublier Lire la suite…

Il s’arrête quand, ton hamster ?

Avant d’être mère, les seules questions que tu te posais possiblement étaient de savoir ce que tu avais envie de manger pour souper, où tu allais sortir boire un verre vendredi soir et si tes pantalons te faisaient un gros derrière; tu ne réalisais probablement pas à quel point tu avais l’esprit tranquille. Évidemment, tu Lire la suite…

Les angoisses de ta naissance, ma fille

Le jour où j’ai su que j’avais un petit humain dans ma bedaine, je savais que ma vie allait changer pour toujours. Je savais aussi que j’allais t’aimer plus que tout ce que j’ai le plus aimé. J’ai su qu’à partir de ce moment, j’allais passer en deuxième dans ma vie. Mes amis et ma Lire la suite…

Et si le bébé que je porte n’était pas normal ?

Première grossesse. Je traîne quelques certitudes depuis quelque temps, tout droit sorties de cette peur d’avoir à trop m’investir, de regretter. Cette peur de me perdre et de n’exister que dans la soumission devant une maternité grisaillée par la maladie mentale ou le handicap. J’ai cette conviction coupable qui me colle à la peau  comme Lire la suite…

La maman qui sait

Quand j’étais enfant, il me semble que mes parents détenaient toutes les réponses. Maintenant que je suis parent, je n’ai que des questions sans réponse. Et ça me gruge par en dedans. Pourquoi je ne suis pas cette maman qui sait tout? Qui trouve toujours les bons mots pour rassurer? J’aimerais tant que mes petites filles Lire la suite…

Mon petit gars, tu ne peux plus te cacher en-dessous de ma jupe

Je sais, beaucoup de gens me le disent, je crois que je t’ai gardé trop longtemps dans ta bulle, trop longtemps dans mes bras, trop longtemps dans le porte-bébé, trop longtemps dans mon lit. Mais jamais trop longtemps dans mon cœur. Je sais, ils me le disent aussi, que j’aurais dû te laisser pleurer, savoir Lire la suite…

Mon enfant anxieux

Tu sais, je te comprends. Tu n’es pas seul. Moi aussi je la connais. Je la connais cette anxiété. Elle vit en moi depuis si longtemps. Je connais les ravages qu’elle peut faire, je connais la subtilité qu’elle peut prendre et je sais de quoi elle est capable. Tu sais, je la vois dans tes Lire la suite…

Ta dépression

Tu sais ma belle, ça fait un méchant bout que t’es fatiguée, non bien plus que ça, épuisée, au bout de ton grand rouleau, tu vois noir. Tout le temps. Il n’y a aucun mot pour décrire ce que tu ressens. Tu pleures à chaudes larmes rien qu’à regarder ta pile de linge sale, ton lit Lire la suite…