La mère Gisèle



J’ai commencé à écrire à 6 ans. Un journal intime plein de petites histoires d’enfant que je lisais ensuite à ma plus grande fan (ma maman). J’ai abandonné pendant longtemps, pour reprendre à 26 ans. Ayant émigré pour des études à l’étranger, je racontais ma vie en anectodes à ma famille pour évacuer le stress et diminuer la distance qui nous séparait. Ma soeur a fait une compilation d’emails de l’épaisseur d’un livre que je garde précieusement. À 36 ans, j’ai repris l’écriture pour raconter ma vie de femme et de mère monoparentale, mon fils étant une source d’inspiration géniale.

Posts récents

Être monoparentale

Être monoparentale, c’est avoir envie de hurler sur la personne qui te dit d’un air consterné “Je suis monoparentale pour quelques jours, mon conjoint est parti avec des amis”, et ne pas bien saisir si la colère vient du fait de ne pas pouvoir avoir un moment avec des adultes, de ne pas avoir de Lire la suite…