Tu as fait de moi une maman

maman bébé

Mon enfant,

Dès les premiers battements de ton cœur à l’intérieur de mon corps, tu as fait de moi une maman;

Quand tes petits pieds ont donné des coups dans mon ventre pour la première fois, tu as fait de moi une maman;

Quand ton regard à croisé le mien, que j’ai pu mettre un visage sur le nom que j’avais choisi de te donner et que j’ai découvert que tu avais des cheveux plus foncés que l’idée que je m’en étais faite, tu as fait de moi une maman;

Quand j’ai pu te prendre contre moi, te tenir dans mes bras en oubliant tout du monde qui m’entourait, tu as fait de moi une maman;

Quand mes douleurs sont devenues secondaires, que je n’avais plus d’yeux que pour toi, que tu es devenu le centre de mon monde, tu as fait de moi une maman;

Quand j’ai appris à faire preuve de douceur pour te changer, que j’ai appris des berceuses pour te porter vers le sommeil, quand j’ai étudié des tutos pour faire un nœud avec mon écharpe de portage ou quand j’ai acheté des livres de recettes pour bébé, tu as fait de moi une maman;

Quand j’ai pleuré d’épuisement, quand mon corps a lutté pour t’accompagner dans tes nuits blanches, quand j’attendais avec impatience quelques minutes de solitude sous la douche, tu as fait de moi une maman;

Quand je me suis demandé si je regrettais ou non ma vie d’avant, cette vie faite de calme, d’indépendance et de décisions qui n’engageaient que moi, quand j’ai eu peur d’avoir trop de responsabilités à porter sur mes petites épaules frêles, quand j’ai envié les nuits reposantes de mes amies sans enfant et quand il m’a fallu affronter les lendemains malgré mes paralysantes appréhensions, tu as fait de moi une maman;

Quand j’ai dû t’apprendre les limites, révéler mes valeurs, imposer un cadre et ce qui m’importait profondément de te transmettre, tu as fait de moi une maman;

Quand j’ai appris la patience, à te parler doucement alors même que mon cœur battait trop vite, à t’expliquer les raisons du désaccord alors que j’étais au bord de l’explosion émotionnelle, tu as fait de moi une maman;

Quand j’attends Noël avec impatience pour te voir dans notre cocon entouré de magie et de féérie, quand t’offrir un cadeau m’anime autant que toi, quand je me fais pour mission de faire de ton anniversaire une véritable fête, tu fais de moi une maman;

Quand je dois faire des choix, parfois légers, parfois douloureux, quand je dois envisager les conséquences de mes décisions pour moi mais aussi et surtout pour toi, tu fais de moi une maman;

Quand je suis au travail et que ma famille me manque, quand mon havre de paix est à la maison, quand tes petits bras autour de mon cou apaisent mes angoisses et ma tristesse, quand ton odeur est comme ma drogue, quand ton rire me parait être la plus jolie des mélodies, tu fais de moi une maman;

Quand il me tient à cœur de te montrer que je suis forte, que je fais de mon mieux avec mes failles et mes émois, tu fais de moi une maman;

Quand la vie me bouscule, que je cherche à t’en protéger, que je m’interroge, me remets en question, que je voudrais savoir comment faire, que je souhaiterais détenir un mode d’emploi ou qu’on me prédise l’avenir, tu fais de moi une maman;

Quand je rêve d’une cage dorée pour toi, une cage rassurante dans laquelle je pourrais te protéger des violences qui existent en ce monde, tu fais de moi une maman.

Quand je réalise que ta vie sera parfois triste, cruelle ou décevante et qu’une partie de mon travail est de t’y préparer avec bienveillance, quand je réalise que mon rôle ne sera bientôt plus de te protéger mais de t’accompagner avec amour vers la fin de l’insouciance de ton enfance tout en te souhaitant de rencontrer le bonheur, tu fais de moi une maman;

Quand je me trompe, quand je crie trop fort, quand je tremble, quand j’essaie, quand je recommence, quand je trébuche, quand je doute, quand je pleure, tu fais de moi une maman;

Quand j’aime, quand tu es partout avec moi, quand ton sourire nourrit le mien, quand je me rassure et rêve de l’avenir, tu fais de moi une maman.

Moi, je t’ai créé, toi.

Toi, tu as créé la maman que je suis.

Crédit : Jacob Lund/Shutterstock.com
Nadège Pineur
NADÈGE PINEUR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *