Parfois, je suis fatiguée de mon rôle de mère

maman fatiguée avec enfant

Parfois, je suis fatiguée de mon rôle de mère.

Certains jours à certains moments, je n’ai pas envie d’être maman.

L’été, en vacances ou la fin de semaine, il m’arrive de me dire que j’aimerais ne pas avoir d’enfants pour pouvoir passer l’après-midi à écouter des téléséries, seule, dans le confort de mon divan. Sans être interrompue toutes les deux minutes pour servir des collations et changer des couches. Ne me lever que pour aller chercher un bol de chips ou un plat de crème glacée. Tout écouter, du premier épisode jusqu’au dernier. Assise là. Sans culpabilité et sans penser à toutes les tâches qui n’attendent que moi.

Certains soir, j’ai envie de m’évanouir à l’idée de préparer un autre souper. Je voudrais pouvoir commander des repas aussi gras qu’onéreux qui ne coûtent finalement pas si cher quand on commande pour une seule et unique personne. Je voudrais m’ouvrir une bouteille de vin rouge et dévorer une pizza garnie, pas pepperoni fromage, car personne ne serait là pour me rappeler qu’il n’aime pas les champignons. Je voudrais décider ce que je mangerai pour souper à 15h30 et passer à l’épicerie sans me presser puis rentrer cuisiner en écoutant de la musique. Je voudrais souper aux céréales toutes les fois où je me sens trop fatiguée pour cuisiner.

Régulièrement, je fais semblant de ne pas entendre les chicanes entre mes petits pour ne pas avoir à les gérer. En ayant plus d’un enfant, je ne savais pas que mon rôle de mère se transformerait en celui d’arbitre et je déteste jouer ce rôle. La version des faits des uns et des autres qui s’oppose toujours. Chercher le coupable sans jamais être certaine de mettre la main sur le bon. Demander à tout le monde de s’excuser pour mettre fin à la guerre. Des histoires de poupées volées, de couleurs de bols de céréales, de quantité de lait dans les gobelets et de paires de yeux qui regardent trop celles du voisin, par moments, j’en ai franchement marre d’en entendre et je me prends à rêver de silence.

Des fois, je voudrais juste me coucher et dormir en continu sans avoir à me soucier de l’heure à laquelle je me réveillerai. Ne pas mettre de cadran. Avoir la certitude que je ne serai pas réveillée par un cauchemar, un pipi au lit ou une mauvaise toux. Ne pas entendre de pourtant si petits pas marteler le sol comme si un troupeau d’éléphants venait de débarquer dans le salon à cinq ou six heures du matin. Me réveiller par moi-même. Parce que je ne suis plus fatiguée. Parce que je suis véritablement reposée.

Je caresse secrètement le rêve de m’envoler vers une destination soleil toute seule sur un coup de tête sans avoir à me préoccuper de faire garder les enfants. Retrouver un peu de cette spontanéité qui faisait partie de ma vie avant que les petits ne débarquent. Écouter le bruit des vagues sans devoir courir sur la plage pour attraper le plus jeune qui menace d’être emporté par la mer. Sans faire de châteaux de sable. Être simplement là, avec un pina colada à la main et le roman que j’ai commencé à lire à la naissance de mon premier.

Parfois, je suis fatiguée de mon rôle de mère mais contrairement à ce que pensent plusieurs, cela ne fait pas de moi une moins bonne maman, mais une humaine. Un humaine ayant parfaitement le droit de trouver son quotidien de mère lourd par moments au même titre qu’on peut parfois en avoir marre de son couple ou de son travail sans pour autant les abandonner. Sans pour autant les détester.

Crédit : tandret/Shutterstock.com
logo parfaite maman cinglante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *