Si un jour tu ne m’aimes plus, promets-moi de me le dire

femme malheureuse

Si un jour tu ne m’aimes plus, promets-moi de me le dire.

Si un jour tu n’as plus envie de m’embrasser tendrement, pas même de me voler un baiser avant de partir travailler, promets-moi de me le dire.

Si un jour m’offrir un « je t’aime » te demande trop d’efforts, que ces mots sonnent faux pour toi et qu’ils ne savent plus parcourir la distance de ton cœur à tes lèvres pour que je les entende, promets-moi de me le dire.

Si un jour tu ne veux plus me toucher, promets-moi de me le dire. Ne te force au grand jamais à le faire pour ne pas me blesser alors que tu t’imagines ailleurs. Je le sentirais et ce serait encore plus douloureux.

Si un jour tu te sens obligé de me répondre « moi aussi » d’un ton tout sauf convaincant lorsque je te dis que je t’aime, si ces mots viennent à peser des tonnes pour toi, promets-moi de me le dire.

Si un jour tu te mets à trouver mille excuses pour ne pas être dans la même bulle intime que moi, que mes contacts n’alimentent plus ton désir et que je vois dans tes yeux que tu voudrais fuir, promets-moi de me le dire.

Si un jour tes mains préfèrent rester dans tes poches plutôt que de parcourir mon corps, que tu te mets à te coucher après moi pour m’éviter, que tu dors de ton côté du lit, me faisant dos plus souvent qu’autrement, promets-moi de me le dire.

Si un jour une autre femme entre dans ton cœur en te faisant réaliser que tu ne connaissais rien aux sentiments profonds et à l’amour jusque-là, promets-moi de me le dire.

Si un jour je ne suis plus la plus jolie à tes yeux, que rien de ce que je fais ne parvient à ranimer le désir, que ton indifférence devient immense et que tu as la certitude que je ne suis pas celle dont tu as envie, promets-moi de me le dire.

Si un jour tu te lasses de la vie avec moi, que ça devient demandant pour toi de nous accorder du temps, promets-moi de me le dire.

Si un jour je ne suis plus qu’une amie pour toi, que devient évident le fait que je ne suis pas la femme de ta vie, promets-moi de me le dire.

Si un jour le doute te consume, que tu te demandes sincèrement si tu veux passer tes vieux jours avec moi lorsque la maison sera désertée par les enfants, promets-moi de me le dire.

Si un jour tu ne veux plus être mon amoureux, que tu n’es plus heureux à mes côtés et que me témoigner de la tendresse est une corvée, je le sentirai, au fond de moi je le saurai, mais promets-moi de me l’avouer.

Si un jour tu ne m’aimes plus, promets-moi de me le dire.

Et moi aussi, je te promets que je te le dirai.

Crédit : Olena Yakobchuk/Shutterstock.com
La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *