Je suis maman et je suis non coupable

mère fatiguée avec bébé et café

Je suis maman et je suis non coupable.

À tous les jours, je me fais juger par tout le monde pour toutes sortes de raisons, souvent contradictoires, et il est temps que ça cesse.

On me demande d’accepter mon physique tel qu’il est, de manger ce que je veux quand je veux sans me soucier des calories et de porter les vêtements de mon choix sinon on dit de moi que je suis superficielle. D’un autre côté, on me dit de m’entraîner, de faire attention à mon poids, de manger équilibré et d’être à l’affût des dernières modes sinon on dit de moi que je me néglige. Ne voyez-vous pas ici le côté illogique des attentes de la société ?

Je suis maman et je suis non coupable.

On attend de moi que j’aie un emploi, une vie professionnelle, que je m’accomplisse pleinement dans mon travail, que je sois disponible pour faire des heures supplémentaires lorsque nécessaire, que je ne prenne aucune journée de maladie supplémentaire et que je respecte tous les délais imposés. D’un autre côté, on me demande de m’investir à 100% pour ma famille et d’être une femme au foyer exemplaire. Je dois m’occuper de l’éducation de mes enfants, m’assurer qu’ils ne manquent de rien tant aux plans alimentaire, vestimentaire, scolaire, parascolaire et social. Je dois aussi accomplir diverses tâches incluant le ménage, le lavage et  la prise de rendez-vous pour la famille. Sur cette liste non exhaustive s’ajoutent toutes les autres tâches connexes et les imprévus dans ma vie de mère comme par exemple m’occuper de bébé malade, aller chez le vétérinaire, préparer un exposé oral la veille de la présentation parce que mon cadet avait oublié durant la semaine ou réparer le pantalon préféré de mon enfant qui s’est déchiré pendant la journée. En d’autres mots, on me demande d’avoir deux emplois en même temps, d’exceller et de performer dans les deux, sans me plaindre, sous peine d’être jugée par monsieur madame Tout-le-monde et même les gens de mon entourage immédiat.

Je suis maman et je suis non coupable.

On me bombarde aussi constamment de commentaires et d’opinions que je n’ai pas demandés concernant ma maternité. Si je dis noir, on me dit blanc. Si je dis blanc, on me dit noir. Et si je m’abstiens, on me dit que je ne suis pas capable de me positionner. Si je demande de me laisser tranquille, on me reproche d’être centrée sur moi-même et d’être incapable de prendre la critique. Si je prends les commentaires, on me dit que je devrais être capable de penser par moi-même.

Je suis maman et je suis non coupable. Non coupable d’être une mauvaise mère. Non coupable d’être une mère indigne. Non coupable de ne pas en faire assez ou d’en faire trop. Non coupable de ne pas être Wonderwoman. Je n’ai pas besoin qu’on m’accuse de tel ou tel fait sur ma maternité ni des jugements et des critiques des autres. Je fais de mon mieux au quotidien pour ma marmaille et pour moi-même. Et si c’était à refaire, je referais probablement la même chose. La pression et les attentes qui me sont imposées ne font que gruger ma confiance en moi et mon estime personnelle.

Merci à tous et chacun de revoir sa position, de se mêler de ses affaires et de me laisser vivre avec respect.

Car je suis maman et je suis non coupable.

 

Crédit : Natalia Deriabina/Shutterstock.com
Marie-Ève Chartand
MARIE-ÈVE CHARTRAND

Une réflexion sur “Je suis maman et je suis non coupable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *