Au père de mes enfants : ta famille aussi a aussi des besoins et j’aimerais que tu en tiennes compte

père qui dort salon

Chéri,

Je te regarde aller depuis que nous sommes parents et je me demande où est passé l’homme qui m’avait conquise, celui que j’ai choisi comme partenaire de vie et père de mes enfants. Nous avons pris la décision de fonder notre famille ensemble et pourtant, j’ai l’impression que ce que je pense n’a plus d’importance pour toi et je désapprouve silencieusement les éloges à ton sujet quand notre famille élargie te dit si serviable et si présent pour ta famille.

Vois-tu, je ne comprends pas que tes envies et tes besoins priment sur les nôtres, tes enfants et moi. Nos enfants ne devraient-ils pas toujours être pris en compte dans l’équation quand vient le temps de prendre une décision? Et en quoi est-ce que mes besoins, mes envies et mes attentes devraient immanquablement toujours être secondaires aux tiens?

Quand le soleil se lève et que je n’ai pas dormi plus de deux heures pour une troisième nuit consécutive alors que tu as dormi profondément huit heures d’affilée, pourquoi dois-je essuyer ton refus de prendre la relève et de te lever une heure plus tôt pour que je puisse m’assoupir un peu avant le réveil de notre aîné? Considères-tu le fait que, même si tu es encore fatigué, j’aie besoin de sommeil aussi et que, dans ce contexte, mon besoin est définitivement plus criant que le tien?

Lorsque je planifie une activité avec notre aîné qui se sent délaissé et que tu décides sans préavis que tu ne t’occuperas pas du plus jeune pendant ce temps parce que  « ça ne te tente pas », ne te rends-tu pas compte qu’au-delà de ma frustration et de ma déception, c’est aussi ton propre enfant qui attendait impatiemment son activité avec moi que tu pénalises? Je ne serai pas pleinement disponible pour lui, encore occupée avec notre petit dernier. Comment peux-tu rester aussi indifférent et inflexible à la déception de ton propre enfant au nom de tes envies?

Chaque fois qu’on planifie une soirée romantique, que tu m’offres même le choix du restaurant, mais qu’au bout du compte, on aboutit sur une banquette au St-Hubert parce que tu n’aimais pas les restaurants que je t’avais proposés, penses-tu vraiment que tu as été si « fin » que ça de « me laisser choisir »?

Lors des sorties avec nos amis et leur marmaille, en quoi est-ce plus intéressant pour moi que pour toi de jouer dans le sable, de surveiller les enfants dans les modules de jeux et d’être interrompue à chaque phrase? Ne serait-il pas plus équitable d’alterner la surveillance de nos enfants afin que nous puissions profiter tous les deux d’un verre le temps d’une jasette? T’imagines-tu vraiment que tu es le seul qui en a envie?

Quand tu n’interviens pas auprès des enfants lorsqu’ils ont un comportement inadéquat parce que « ça ne te tente pas », mais que tu ne te gênes pas de les disputer quand ils te dérangent en faisant trop de bruit sans pourtant rien faire de mal, ne te demandes-tu pas s’ils n’auraient pas besoin que tu les guides afin qu’ils puissent comprendre ce qui est bien et ce qui ne l’est pas.

Tu réponds régulièrement à mes demandes en exprimant le fait « que tu n’en as pas envie », mais peux-tu réfléchir quelques instants aux répercussions de tes décisions sur notre cellule familiale? Tes besoins et envies sont importants, mais te faire systématiquement passer en premier en tout temps n’est pas sans conséquences sur l’éducation de nos enfants et la santé de notre vie conjugale.

J’aimerais que tu veuilles être un modèle pour eux. J’aimerais que tu daignes t’arrêter et prennes le temps de cogiter sur les valeurs et enseignements que tu leur transmets quand vient le temps de choisir comment agir et réagir. J’aimerais que tu pousses ta réflexion plus loin que « ça me tente » ou « ça ne me tente pas », parce que cette justification n’est pas suffisante.

L’époque où la vie familiale tournait autour du patriarche est révolue et nos besoins ont autant de valeur que les tiens. Si tu persistes à agir au gré de tes envies sans tenir compte des nôtres, il est bien probable que « ça ne me tente pas » de poursuivre ma route avec toi.

Crédit : Jacob Lund/Shutterstock.com
La Discrète Maman
LA DISCRÈTE MAMAN

3 thoughts on “Au père de mes enfants : ta famille aussi a aussi des besoins et j’aimerais que tu en tiennes compte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *