Ce soir, c’était la tempête dans ton petit corps

enfant crise

Mon enfant sensible,

Ce soir, le ciel était gris et c’était le déluge dehors et dans ton petit corps. Les épinettes, les brins d’herbe et tes iris étaient humides. Un cocktail météo difficile à expliquer, les raisons de l’apparition de cette tempête étant inconnues.

Ce soir, nous nous sommes installés sur la chaise berçante de la véranda et nous avons écouté la mélodie de la pluie. Emmitouflés sous notre courtepointe, le temps s’est arrêté et nous nous sommes donné l’espace pour se reconnecter à nos émotions, pour se reconnecter à notre tout. Ton petit bout de nez devenu froid, tu m’as mentionné que tu étais bien, au chaud, au creux de mes bras.

Ce soir, on s’est bercés au rythme des rafales de vent. Tu m’as demandé de te serrer bien fort. Tu as collé ta joue contre la mienne, ça t’a apaisé, j’ai retrouvé la sérénité dans ta respiration. Ton tourbillon d’émotions s’est laissé apprivoiser et le ruissellement sur tes joues a cessé.

Ce soir, le silence était agréable, on était en symbiose. Nous nous sommes compris sans paroles, que par des gestes. Tu m’as demandé de reproduire ce moment lors du prochain orage puis tu m’as dit un « je t’aime » tout doux. Insouciant de l’impact de ces mots, ton « je t’aime » m’a démontré ta confiance en moi, ta maman.

Ce soir, j’ai compris que tu ne douteras plus jamais de ma présence à tes côtés malgré les tourments. Tu as compris que tu ne seras pas seul pour accueillir tes émotions, même les plus vives, et que mon amour pour toi ne fanera jamais, peu importe le nombre de journées pluvieuses que tu vivras au cours des prochaines années.

Notre amour est scellé à tout jamais et il saura faire face à toutes les tempêtes.

Crédit : Bricolage/Shutterstock.com
Josée Ouellette
JOSÉE OUELLETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *