À toi qui fais semblant d’être heureuse

maman malheureuse avec enfants cuisine

À toi qui fais semblant d’être heureuse,

Je sais que tu ne vas pas aussi bien que tu le laisses paraître dans ce monde virtuel que tu décores de bonheur inventé, de tes sourires un peu forcés. Je vois qu’à travers tes yeux maquillés de faux bonheur, il y a des insécurités, des peines que tu camoufles. Tu inondes tes réseaux sociaux de ta vie en apparence parfaite et de tout ce qui peut faire penser les gens que les murs de ton cœur sont entièrement tapissés de rose, mais je sais. Je sais qu’au fond, ce sont tes joues qui sont trop souvent inondées par tes larmes.

Je te comprends ; la vie soit disant intéressante de tous fuse de partout et tu veux toi aussi montrer que ton existence l’est tout autant. Mais tu sais, ça ne sert à rien d’ajouter des artifices. De faire semblant. Ça ne te rendra pas plus heureuse.

À toi qui se bâtis une muraille, même avec tes proches, tes amis, ta famille,

Je ne veux pas te brusquer, mais j’aimerais que tu abordes avec ceux qui t’aiment ces choses qui te sont si difficiles à verbaliser. Tu n’es pas obligée de te coller à ce que la majorité des gens valorisent et admirent pour gagner du prestige à leurs yeux. Tu as le droit à tes échecs et tu dois les accepter. C’est la vie. Si ton couple bat de l’aile, ça ne sert à rien de faire comme si vous étiez tous les deux connectés l’un à l’autre tels deux amoureux dont on ne peut nier l’amour.

Je sais que tu ne dis pas tout. Que tu fais souvent comme si tous les aspects de ta vie étaient parfaitement alignés parce que c’est ce que tu crois qu’on doit démontrer. Tu n’as pas à faire semblant que ton rôle de maman est sans taches et que ton couple te rend réellement heureuse alors que dans la réalité, tu souffres et ton cœur devient de plus en plus aigri.

À toi qui sans relâche se démènes à filtrer ta vie sur les réseaux sociaux pour n’en garder que le beau, qui orne celle-ci d’images méticuleusement choisies.

À toi qui tentes d’embellir un quotidien, qui je sais, n’est pourtant pas si merveilleux.

Mets-toi moins de pression. Lâche prise un peu. Tu n’as pas à être la meilleure. Ce n’est pas grave si certaines journées, tu aimerais mettre aux oubliettes ton rôle de maman. Ce n’est pas grave si le père de tes enfants et toi s’enlignez directement vers une séparation. Ce n’est pas grave si ta carrière ne te rend pas aussi heureuse que tu le croyais au départ. Ne cherche pas à fuir la réalité en te faisant croire qu’elle est entièrement fleurie.

À toi qui fais semblant d’être heureuse,

Tu peux me dire ce qui ne va pas. Je suis là pour toi. J’aimerais pouvoir t’exprimer ce que je vois avec mes yeux perspicaces. J’aimerais te tendre la main, mais je ne veux pas non plus te la forcer. Si tu n’es pas prête à en parler, je ne te forcerai pas, mais sache que peu importe ce qui t’afflige, jamais tu ne seras jugée. Jamais tu ne perdras de la valeur aux yeux de ceux qui te soutiennent et t’aiment.

Crédit : Bricolage/Shutterstock.com
La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *