À mon étoile

amitié

À toi, mon étoile,

À toi qui n’es ni ma famille, ni mon amour. Toi qui as fait irruption dans ma vie à l’instant même où sans le savoir, j’avais terriblement besoin de toi. À toi qui, comme envoyée par le destin, est venue me guider vers le seul bon chemin, celui qu’il m’était impossible de retrouver sans un coup de pouce. Tu es cette petite étoile qui apparaît lorsque mon ciel me semble désespérément noir, celle qui me pousse à chercher en moi ce qui me fait défaut, persuadée jusque-là que la clé était ailleurs. La boussole à laquelle je m’en remets lorsque plus aucune direction ne fait sens, quand je ne sais plus qui je suis.

Je me demande si c’était un coup de chance, le fruit du hasard ou l’étape d’un dessein bien plus grand déjà écrit. Mais des étoiles se sont alignées pour nous et ni le temps, ni la distance, ni le rythme effréné d’un quotidien bien rodé ne sauraient me faire oublier qu’à la grande loterie de la vie, j’ai gagné. Rien ne nous prédisposait à nous croiser, au carrefour entre insouciance et naïveté.

Mais quel soulagement d’avoir trouvé parmi ces millions d’âmes, la dernière pièce du puzzle. Celle dont l’absence surplombait alors l’existence des 999 autres et qui, une fois trouvée, donne du sens à tout le tableau.

Tu sais, on dit qu’on ne choisit pas sa famille. Mais je crois que l’on choisit ses compagnons de voyage au fil des rencontres faites en chemin, des mains tendues après chaque chute. Tu as été pour moi un partenaire précieux, avec lequel j’ai minutieusement défini mon itinéraire, pas après pas, les obstacles à gravir, les risques à prendre, les opportunités à saisir. Tu n’as jamais lâché ma main, si ce n’est pour la tendre à quelqu’un qui, tu le savais, prendrait le relais pour m’accompagner plus loin sur ma route.

Il nous est arrivé de nous perdre, d’emprunter des sentiers différents, d’oublier de jeter un coup d’œil derrière nous ou de suivre aveuglément d’autres guides. Il nous arrivera encore de ne pas nous entendre au milieu du brouhaha et de l’agitation de la foule d’autres personnes qui défilent dans nos vies. Mais nous savons toutes les deux que lorsque passe l’heure de pointe, à ce même carrefour où nous nous sommes trouvées, le temps se fige et ne restent plus que toi, moi et le monde à refaire.

Certaines personnes marquent nos histoires pour des raisons qui nous échappent, peut-être est-ce leur lumière qui brille un peu plus fort que les autres ou peut-être les a-t-on déjà croisées au détour d’autres vies.

Alors merci à toi, mon étoile, d’avoir brillé assez fort pour que je ne te manque pas, et assez longtemps pour que je cesse de douter que tu serais toujours là. Tu fais partie de la constellation qui me guide, quelle que soit la destination.

Crédit : Dima Aslanian/Shutterstock.com
Manea Teraiharoa
MANEA TERAIHAROA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *