Merci de bien vouloir laisser les femmes disposer de leur corps

femme dit non

Merci de bien vouloir laisser les femmes disposer de leur corps.

Merci de ne pas leur dire « de se rhabiller » lorsqu’elles sont trop peu vêtues à vos yeux; vous n’avez aucun droit de regard sur ce qu’elles portent. Merci de ne pas non plus les critiquer et les dénigrer en fonction des vêtements qu’elles portent; une femme qui choisit de se dénuder ne mérite pas moins de respect qu’une femme en col roulé.

Merci de les laisser choisir de poursuivre une grossesse ou d’y mettre fin, et ce, peu importe les raisons. Aucune loi, aucun parti politique ni aucune religion ne devrait jamais l’emporter sur la volonté de chacune d’elles car cela reviendrait à dire que leur corps ne leur appartient pas.

Merci d’arrêter de croire que la contraception est exclusivement l’affaire des femmes et qu’elles doivent toutes se bourrer d’anovulants ou s’équiper d’un stérilet parce que c’est « leur devoir ». La contraception est la responsabilité des deux parties impliquées dans une relation sexuelle et il ne fait aucun sens que la contraception masculine ne soit pas davantage envisagée ni étudiée à ce jour.

Merci de ne pas considérer que la façon dont une femme s’habille peut être une invitation au harcèlement ou au viol; aucune tenue dans ce bas monde ne peut justifier une agression.

Merci de mettre fin aux commentaires grossophobes envers les femmes rondes qui portent un bikini en été sous prétexte « qu’elles devraient cacher leur corps ».

Merci de ne pas banaliser les symptômes entourant les problèmes hormonaux des femmes. Merci de cesser de leur prescrire des anovulants et des antidépresseurs lorsqu’elles souhaitent avoir recours à l’hormonothérapie et d’enfin considérer leurs problèmes et leur gravité pour ce qu’ils sont plutôt que de les balayer de la main avec les mauvaises solutions. Merci d’avoir assez de considération envers celles qui représentent la moitié de la population pour étudier sérieusement le fonctionnement des hormones féminines et les bonnes façons de les aider à retrouver leur qualité de vie quand celle-ci bascule.

Merci ne pas mettre de pression sur les femmes pour qu’elles allaitent leur bébé si elles ne souhaitent pas le faire. Leurs seins n’appartiennent qu’à elles et elles n’ont pas à argumenter ou débattre de la façon dont elles décident ou non d’en disposer.

Merci de laisser les femmes avoir recours aux chirurgies plastiques qu’elles désirent; l’avis de tout un chacun n’a aucune raison d’être dans le mesure où le corps qui passera sous le bistouri n’est pas le leur.

Merci de ne pas imposer de codes vestimentaires aux filles et aux femmes en les restreignant dans le choix de leurs vêtements alors que les garçons et les hommes peuvent s’habiller comme bon leur semble. C’est en refusant qu’une adolescente porte une camisole ou un short court qu’on sexualise son corps et qu’on en fait un objet alors qu’il n’en serait rien si on s’en abstenait.

Merci de croire et d’accorder la crédibilité qui leur revient aux femmes qui souhaitent obtenir un moyen de contraception permanent comme la ligature des trompes. Il n’est pas question ici d’une enfant de six ans trop jeune pour faire un choix, mais d’une adulte responsable et sensée ayant longuement réfléchi avant de choisir cette option définitive; merci de ne pas l’infantiliser.

Merci de laisser les femmes en voie d’accoucher décider de la façon dont elles souhaitent donner naissance à leur enfant. Les pieds dans les étriers est peut-être plus simple pour l’équipe médicale, mais ce n’est pas l’équipe médicale qui accouche.

Merci de ne pas presser les femmes de faire des enfants. La maternité est un choix, non pas un parcours obligé, et toutes les femmes qui souhaitent emprunter une autre voie devraient pouvoir le faire sans que leur choix soit questionné.

Merci de ne plus jamais penser qu’après un certain temps, un homme est « dû » et que sa femme doit accepter d’avoir une relation sexuelle avec lui même si elle n’en a pas envie. Outre le respect, les femmes ne doivent rien aux hommes au même titre que les hommes ne doivent rien aux femmes.

Merci de traiter le corps des femmes avec dignité lors des examens gynécologiques. De ne pas insérer de spéculum dans le vagin d’une femme terrorisée qui tremble de tous ses membres. De faire preuve de délicatesse et d’empathie. De comprendre qu’il s’agit d’une intrusion dans son intimité qui mérite d’être faite dans le plus grand des respects et non pas à la va-vite même s’il s’agit d’un examen banal pour celui ou celle qui le fait.

Merci de traiter les femmes avec respect. Sans commentaires douteux sur leur habillement. Sans critiques blessantes sur leur apparence. Sans lois, règles ou jugements déterminant ce qu’elles peuvent ou ne peuvent pas faire avec leur corps.

Merci de bien vouloir laisser les femmes disposer de leur corps. Sans envisager un seul instant qu’il appartient à qui que ce soit d’autre qu’à celle qui l’habite.

Crédit : Ekateryna Zubal/Shutterstock.com
logo parfaite maman cinglante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *