À toi dont le père des enfants ne prend pas la place qui lui revient

père assis sur le divan maman ménage

À toi, maman d’un ou plusieurs enfants, en couple avec Papa, présent et pourtant si distant.

Tu ne sais pas comment tu en es arrivée là.

Les enfants, vous les vouliez tous les deux. Ils ont été attendus avec tant d’envie et d’impatience. Et puis le quotidien t’a imposé un rythme fou dans lequel Papa n’a pas pris sa place.

Tu travailles et ton conjoint aussi. Mais tous les à-côtés te sont laissés : gérer la maison, les enfants, les devoirs, les sorties. Papa a déserté. Papa est là, sans être là.

Quand ton petit se réveille la nuit, a peur, a besoin d’un câlin ou d’être rassuré, il appelle maman. Papa est là, endormi, et n’entendra pas les appels de votre enfant. Si tu le réveilles, il se lèvera certainement, mais manquera assurément de bienveillance et de délicatesse pour permettre à ton petit trésor de retrouver le sommeil.

Quand tu pars une journée au parc d’attractions ou à la mer, ton enfant ne se demande pas qui va conduire la voiture, parce que c’est toujours toi; papa ne vous accompagne pas. Papa n’aime pas ce genre de sorties et ne saisit pas la valeur de sa présence aux yeux de ton petit.

Quand il faut préparer le cartable, vérifier si la gourde est pleine, si les tartines sont faites, tout en étant attentif à ajouter le fromage ou la confiture préférée, s’il faut ajouter le maillot de bain pour le cours de natation ou les baskets pour le cours de sport, c’est uniquement toi qui t’en charges car tu connais le planning, les goûts, les besoins, et Papa non.

Quand c’est le jour des activités extra-scolaires, foot pour l’un, danse pour l’autre, c’est toi qui déposes les enfants, parfois même en proposant à d’autres mamans d’alléger leur journée en ajoutant leur enfant dans ta voiture. Parce que tes journées sont orchestrées pour permettre de jongler entre tes différentes casquettes, et que Papa sait que tout est sous contrôle avec toi.

Quand il faut poser le cadre, rappeler les limites, tenir bon, c’est toi qui t’en charges car c’est avec toi que les enfants sont la majeure partie du temps. Tu les connais mieux que personne, tu sais quels mots utiliser, quelle attitude adopter, comment calmer les tempêtes émotionnelles et rendre le sourire.

Quand ton petit fait une crise de larmes, est épuisé, ne veut pas arrêter de jouer, est frustré, il se tourne vers toi. Sa figure d’attachement, c’est toi. Celle dans les bras de qui il peut s’écrouler et laisser sortir ses émotions, c’est toi. Celle qui apporte au quotidien sécurité, soin et protection, c’est toi.

Quand il faut refaire la garde-robe, Papa ne connait pas la taille des vêtements ni ce qu’il faut. Quand il faut faire les courses, Papa ne sait pas s’il reste un stock de mouchoirs ou de gel douche ni quels repas préparer pour le diner. Papa ne passera l’aspirateur que si tu le lui demandes. Il ne pensera pas à te décharger d’une tâche ou l’autre.

Quand tu partages le récit de ton quotidien, certaines de tes amies sont compréhensives. Certaines connaissent même cette situation chez elles. D’autres s’étonnent qu’une telle inégalité existe encore aujourd’hui et sont stupéfaites que tu acceptes cette vie.

Ce n’était pas la vie de famille que tu avais imaginée.

Quand tu as eu tes enfants, tu ne pensais pas que ton compagnon serait à ajouter au lot. Tu pensais que vous seriez deux alliés, comme une équipe, un duo de choc, prêts à relever tous les défis de la parentalité. Tu te voyais discuter de l’éducation à donner, des choses à gérer, des lignes de conduite à adopter. Tu pensais aussi que Papa comprendrait à quel point chaque moment est précieux et que les enfants grandissent tellement vite que la relation se construit tous les jours et surtout maintenant.

Être seule ou mal accompagnée. Cette question t’a déjà traversé l’esprit à plusieurs reprises. Mais le choix est si difficile. Parce que Papa est aussi  l’homme que tu aimes. Parce que c’est avec lui que tu voulais construire cette famille. Parce que derrière tous ces manques, il y a le grand brun qui te fait rire. Parce que tu es persuadée qu’au fond de lui, il ne veut de mal à personne, que peut-être personne ne lui a appris l’altruisme, qu’en vous délaissant il ne réalise pas que vos cœurs se lézardent.

Peut-être qu’il n’a pas su prendre sa place. Peut-être qu’il n’y avait pas de place à prendre. Peut-être ne lui en as-tu pas laissée. Mais maintenant, cette place est remplacée par le vide, des carences, de la douleur, des moments perdus qui ne reviendront pas et des liens qui se tissent en son absence.

Crédit : New Africa/Shutterstock.com
Nadège Pineur
NADÈGE PINEUR

6 thoughts on “À toi dont le père des enfants ne prend pas la place qui lui revient

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *