J’aimerais voir le monde avec tes yeux d’enfant

enfant respire fleur

 

Il y a tellement d’étoiles dans tes petits yeux, mon enfant, que parfois, j’aimerais en dérober quelques-unes pour les déposer dans les miens. Réussir à puiser quelques gouttes de magie dans ton regard pour les mêler à mes pupilles. Voir le monde comme toi.

J’oublie parfois que le bonheur se retrouve dans les petites choses mais toi, tu le comprends haut la main. J’espère que tu ne l’oublieras jamais et que tu garderas cette habileté même quand tes expériences de vie s’accumuleront et porteront parfois en elles des mémoires endurcies. Il semble qu’en devenant grand, parfois, ces étincelles dans notre regard s’éteignent peu à peu et on oublie de regarder le monde candidement, tel un enfant.

J’aimerais voir la vie comme tu la vois. Je t’observe et c’est si beau de te voir t’émerveiller devant tout. Tu portes une grande sagesse en toi et je gagnerais à prendre le temps de m’arrêter pour t’observer aimer sincèrement tout ce que tu regardes. Je gagnerais à prendre exemple sur toi et absorber tous ces apprentissages que tu as le pouvoir de me transmettre.

Mon enfant, apprends-moi à voir l’univers comme un jeu. À comprendre qu’au fond, tout ne peut pas être si compliqué tout le temps et que c’est dans la noirceur que les sources lumineuses sont les plus jolies. Que parfois, les plus belles choses prennent du temps et qu’en attendant, il faut continuer d’honorer la vie. Que les vérités sont toutes dans notre cœur, en dessous des inquiétudes et des peines à désamorcer.

C’est si beau de voir ces centaines de lumières illuminer tes iris. J’envie ta légèreté, tes exclamations devant les choses les plus simples. J’aimerais voir le monde avec tes yeux. Qu’ils brillent de mille feux tout le temps ; qu’ils soient gorgés d’espoirs impossibles à dissiper. Promets-moi d’entretenir ces petits feux à jamais. Même quand tu seras une grande personne et que tu auras plein de responsabilités d’adulte. Même quand tu seras parent et que les secondes, les heures, les semaines et les années défileront beaucoup trop rapidement. Même quand tu seras réellement en amour et que ton cœur se resserrera un peu trop fort, parfois, pour quelque raison que ce soit.

J’oublie parfois que j’ai déjà été cette fillette aux yeux brillants, tout comme toi. Que je jouais moi aussi le cœur rempli avec mes poupées et qu’un petit gâteau ou un bonbon faisait ma journée. J’aimerais t’emprunter tes yeux, pour me rappeler comme faire, rien qu’un instant. Pour tâcher de m’en souvenir le plus souvent possible, dorénavant.

Mon amour, te regarder vivre pleinement ta réalité enfantine est un réel carburant, une thérapie en soi et j’aimerais voir le monde avec tes yeux car il est tellement plus doux pour le cœur et plus léger pour l’esprit à travers ton regard. Je voudrais que tu gardes cette perception de la vie pour toujours. Que devant toi s’affiche un panorama parsemé de magie à jamais.

Crédit : LumineImages/Shutterstock.com
Vanessa Fuoco
VANESSA FUOCO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *