Je suis maman et j’ai un TDAH

maman TDA

Je suis maman et j’ai un TDAH.

Quand j’étais jeune et que j’allais à l’école, je ne tenais pas en place plus que trente minutes sur les bancs d’école. Maintenant que je suis maman, je n’ai simplement plus le temps de m’asseoir plus de trente minutes.

Parfois, mon enfant décide de crier à tue-tête pour verbaliser son enthousiasme et au lieu de lui dire de le faire moins fort, j’embarque à mon tour. Papa nous rappelle à l’ordre; néanmoins pour moi, ce n’est pas un problème.

Je suis maman et j’ai un TDAH.

Quand je cuisine les repas, je sépare d’abord tous mes ingrédients dans des bols différents même s’ils finiront tous dans la même assiette. C’est deux fois plus de vaisselle vous me direz, mais c’est comme ça que mon cerveau fonctionne.

J’achète environ trois agendas par année dans le but de structurer mon quotidien, mais je finis par tous les oublier à un endroit différent. Je finis donc par prendre des milliers de notes sur mon téléphone pour ne rien oublier, mais j’arrive tout de même à emmener mon enfant à un rendez-vous chez le médecin alors qu’il était pour moi seulement en pensant que c’était un rendez-vous de suivi médical pour lui.

Je suis maman et j’ai un TDAH.

Lorsque vient le temps de faire le lavage, je peux procrastiner plusieurs jours et prendre beaucoup de retard avant de m’y mettre. La plupart du temps, je fais cinq ou six brassées au cours de la même journée. Mon cerveau a la fâcheuse tendance à ne pas faire les choses à moitié; c’est tout, ou rien.

Outre le fait que j’ai une mémoire de poisson rouge, autant d’énergie que mon enfant de deux ans et que je passe d’un extrême à l’autre dans un délai beaucoup trop déraisonnable, mon TDAH se reflète aussi et surtout, sur mes émotions. J’ai le coeur à vif et on m’a toujours dit que j’étais “trop sensible”. J’ai parfois de la difficulté à faire comprendre mes émotions à mon entourage. Et même de les comprendre moi-même à vrai dire.

Je suis maman et j’ai un TDAH.

Je ne veux pas qu’on me parle de médication car je souhaite conserver mon authenticité. J’ai appris à grandir avec les montagnes russes d’émotions qui m’habitent et à trouver des trucs pour m’aider à traverser les épreuves plus difficiles. La méditation, le sport, la relaxation, le ménage, le temps en famille et les sorties spéciales sont toutes des choses qui m’aident dans mon quotidien de mère avec un TDAH.

Je suis maman, mon TDAH influence mon quotidien, mais il ne me définit pas.

Je suis maman, j’ai un TDAH et je suis fière de la femme que je suis.

Crédit : Nicoleta Ionescu/Shutterstock.com
India Goulet
INDIA GOULET

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *