À mon enfant hypersensible

enfant hypersensible

À toi, mon trésor, mon enfant hypersensible,

Quand tu te sens terriblement mal parce qu’un adulte a parlé trop fort, qu’un ami t’a fait un commentaire bizarre ou seulement parce que tu as sali ton doudou préféré, je veux que tu saches que je te comprends.

Quand la peine d’un ami te touche autant que si c’est toi qui la vivais, je veux que tu saches que je sais que ton petit cœur est plus fragile que celui des autres et que tu absorbes toutes les émotions autour de toi, comme une petite éponge.

Quand les gens trouvent que tu exagères et croient que tes réactions explosives sont dues à un trouble d’opposition ou un manque d’éducation, je sais qu’ils ont tort. Je vois bien la tempête s’emparer de ton petit corps et je comprends la bataille que tu mènes chaque fois pour tenter de la calmer comme les autres le font si facilement.

Quand tu n’arrives pas à prendre une petite décision parce que tu évalues toutes les options possibles et que tu réfléchis aux répercussions qu’elles peuvent avoir sur le reste de ta journée, ou même de ta vie, je comprends que pour toi, toutes les décisions sont importantes, même si les gens autour peuvent les trouver banales.

Quand plein de pensées se bousculent dans ta tête et que tout autour de toi te rend inquiet, que tu vérifies trois fois si la porte est bien verrouillée le soir avant le dodo, que tu t’assures que les rideaux de la fenêtre ne touchent pas le calorifère et quand même la présence de ta maman ne suffit pas à calmer ton inquiétude, je veux que tu saches que jamais je ne banaliserai tes peurs parce que je sais que tes craintes sont réelles et difficiles à vivre pour toi.

Quand tu n’arrives pas à supporter ta nouvelle paire de jeans ou ton manteau d’hiver parce que tu ne te sens pas capable de bouger librement, quand c’est la crise parce que la ligne de couture de tes bas n’est pas suffisamment bien placée ou que je dois faire toutes les boutiques possibles pour trouver une paire de bottes qui te convient, je sais que tu ne fais pas tout ce drame seulement pour avoir de l’attention; tu ressens tout, plus fort que les autres, simplement.

À toi, mon enfant hypersensible, j’aimerais que tu saches que tu as le droit d’être tel que tu es. Tu n’as pas à t’excuser ou à te sentir différent parce que tu n’entres pas facilement dans le moule. Tu as cette chance d’avoir de l’intuition et de saisir les émotions des autres, avant même qu’ils ouvrent la bouche. Tu as cette chance d’être totalement émerveillé par toutes les petites choses de la vie, aussi simples soient-elles. Et tu as aussi cette chance d’être capable de rire aux éclats, sans retenue, juste parce c’est comme ça que tu le sens.

Tout ce que je te souhaite mon amour, c’est de continuer d’être qui tu es, jusqu’au bout. De toujours t’assumer si tu as peur, si tu hésites ou même si tu es blessé. Tu as le droit d’avoir plus mal, d’être plus contrarié ou de pleurer plus fort que tes amis. Alors ne laisse jamais personne te dire que tu es « trop » ou tenter de te réduire à ce que tu devrais être. Parce que toutes tes couleurs font partie de toi et ce sont elles qui te permettent d’être qui tu es : un enfant unique, heureux et totalement libre.

Crédit : Carlo Prearo/Shutterstock.com
Janie Bordeleau
JANIE BORDELEAU

7 thoughts on “À mon enfant hypersensible

  1. […] À toi, mon trésor, mon enfant hypersensible, Quand tu te sens terriblement mal parce qu’un adult... https://allaux.com/a-mon-enfant-hypersensible

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *