À toi qui crois que mes enfants me fatiguent

tired mother with little baby

À toi qui crois que mes enfants me fatiguent, sache que ce n’est pas le cas.

Je sais que tu crois que je suis épuisée des nuits au cours desquelles je passe plus de temps réveillée qu’endormie. Je sais que tu penses que je suis fatiguée des journées de pluie quand toutes les pièces de la maison se transforment en salle de jeux. Je sais que tu es persuadé que je suis au bout du rouleau lorsque les seules choses que j’entends depuis une heure sont les pleurs de mon fils qui refuse d’aller dans le bain. Mais ce n’est pas le cas.

Ce qui me fatigue, c’est la solitude. Ce sont les meilleurs amis qui deviennent des connaissances par manque d’intérêts communs. Le manque de soutien quand je cherche des réponses à mes questions et que le système trop engorgé peine à répondre à mes appels.

Ce qui me fatigue, c’est le manque de temps pour prendre soin de moi parce que les tâches quotidiennes prennent parfois beaucoup plus d’espace que nécessaire.

Ce qui me fatigue, c’est de devoir répondre aux attentes irréalistes de la société sur la parentalité et l’éducation. Ce sont les normes inventées qui me sont imposées.

Ce qui me fatigue, ce sont les conseils déplacés, les remarques désobligeantes et les jugements permanents.

Malgré les nuits presque blanches, je peux passer des heures à regarder mes enfants dormir. Malgré les journées de pluie désordonnées, je peux prendre cinquante photos de mes petits sans en supprimer aucune et les regarder en boucle tellement je les admire. Malgré l’heure du bain parfois agitée, curieusement, c’est le moment de proximité et d’intimité que je préfère de la journée.

Ce qui rend ma maternité épuisante, c’est la pression du monde qui m’entoure et qui montre du doigt la bulle d’amour que j’essaie de créer jusqu’à parfois la briser en éclats. C’est le manque d’amis et de proches qui peuvent écouter, soutenir et aider sans jamais juger. C’est le manque de professionnels accessibles. C’est le manque de répit et de moments seule. Ce n’est pas mes enfants.

J’essaie de prendre des pauses. De trouver des façons de prendre mon souffle. Mais ne te méprends pas, mes enfants ne me fatiguent pas. Les plus beaux moment de ma vie sont définitivement ceux que je passe avec mes enfants.

Crédit : Bricolage/Shutterstock.com
India Goulet
INDIA GOULET

Une réflexion sur “À toi qui crois que mes enfants me fatiguent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *