Mon enfant, trouve-toi beau comme je te trouve beau

little boy face

Mon enfant,

Quand je t’ai mis au monde, mes yeux se sont posés sur toi avec tellement d’amour. Ton petit nez, tes mini-mains, tes belles grosses joues, ta tache de naissance, ta fragilité et tes pleurs qui sonnaient un peu comme un grognement ont fait en sorte que je t’ai trouvé parfait exactement comme tu étais et que je n’aurais rien changé sur toi. Tu étais le plus beau de tous les bébés à mes yeux. Je t’admirais toute la journée dans mes bras, je te prenais en photo à la dérobée avec mon cellulaire de manière excessive et je voulais que la Terre entière voit comme mon bébé était le plus beau. J’étais pâmée sur toi!

Tu me répondras peut-être qu’une mère n’est pas objective à l’égard de la beauté de son enfant et c’est vrai : son petit est toujours le plus beau à ses yeux et c’est pour cette raison que je souhaite de tout mon cœur que tu te vois à travers mes yeux tout au long de ta vie, même quand je ne serai plus là. Trouve-toi beau, toi aussi. Vois comme, avec les traits uniques qui n’appartiennent qu’à toi, tu es une belle personne.

Dès la maternelle, des jaloux ou des méchants te diront que tu n’es pas beau, que ton nez est trop long ou trop gros, que tu n’es pas assez grand ou trop grand comme une échalotte, que tes lunettes te rendent moins beau, que tu es trop rond, que tes cheveux sont trop frisés ou que tu as trop de taches de rousseur. Je sais que tu te regarderas probablement dans le miroir et tu pleureras, tu te compareras aux autres et tu maudiras ce trait, cette chose qui t’a valu ce commentaire.

Honteux ou triste, tu souhaiteras probablement garder les remarques que tu recevras pour toi. Mais s’il te plaît, plutôt que de te murer dans le silence, viens me raconter ta peine et je te redirai encore et encore comme tu es une belle personne, la plus belle personne du monde. Et j’espère que tu me croiras.

Même si j’aimerais t’en protéger à jamais, il y aura malheureusement toujours quelqu’un pour passer une remarque sur ton corps ou ton visage. À cinq ans dans la cour d’école, à dix-sept ans sur les réseaux sociaux, à vingt-cinq ans lors de ton premier travail d’adulte et même à trente ans quand tu auras le corps d’une maman ou d’un papa, il y aura toujours quelqu’un pour critiquer ton apparence.

D’autres fois, ce sera toi qui seras malheureusement dur avec ton corps. Tu lui trouveras des défauts, tu le regarderas avec dégoût et tu voudras le cacher du regard des autres et même de ton propre regard dans le miroir. Tu seras peut-être même exigeant, lui faisant la guerre au lieu de le voir comme un refuge, le soumettant à des régimes durs, des drogues, des chirurgies, des épilations douloureuses, des épreuves que tu lui imposeras pour l’aimer davantage. Je respecterai toujours tes choix car ton corps t’appartient, mais sache que je resterai la maman qui, à travers ses yeux, aura tenu dans ses bras le petit bébé parfait qu’elle trouvera parfait pour la vie.

Parce que j’espère que tu sauras reconnaître ta valeur le moment venu, la seule chose qui est en mon pouvoir pendant ton enfance est de renforcer ton estime et te bombarder de compliments. Pour t’outiller pour affronter la vie. Pour que la façon dont je te vois et je te verrai toujours reste gravée dans tes souvenirs d’enfance comme un tatouage que tu ne pourras jamais enlever. Et pour que mes compliments continuent de vivre dans ton subconscient afin d’adoucir les remarques que tu pourrais entendre et les critiques que tu pourrais recevoir.

Mon enfant, trouve-toi beau comme je te trouve beau, peu importe ce que la vie te réserve, peu importe ce que les gens pourront en dire.

Crédit : Ivanna Pavliuk/Shutterstock.com
Marilyne Paquette
MARILYNE PAQUETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *