À toi qui me demandes si j’ai un bébé facile

angry baby with mother

À toi qui me demandes si j’ai un bébé facile,

J’aimerais d’abord te dire que la notion de “bébé facile” est personnelle à chacun parce que ce qui est facile pour un parent peut être difficile pour un autre. J’aimerais aussi que tu comprennes qu’en tant que maman, rien n’est “facile”. Surtout pas l’arrivée d’un nouvel humain dont tu découvres les besoins et la personnalité en même temps que ton nouveau rôle au fur et à mesure que les jours avancent.

Alors si tu juges qu’un bébé est facile par sa capacité à dormir vingt heures sur vingt-quatre, en effet, je n’ai pas un bébé facile.

Si tu juges qu’un bébé est facile par son besoin de ne boire qu’aux quatre à six heures, en effet, je n’ai pas un bébé facile.

Si tu juges qu’un bébé est facile par sa capacité à s’endormir seul, en effet, je n’ai pas un bébé facile.

Si tu juges qu’un bébé est facile par sa facilité à enchaîner les cycles de sommeil, en effet, je n’ai pas un bébé facile.

Si tu juges qu’un bébé est facile par son aisance à passer du sein au biberon, en effet, je n’ai pas un bébé facile.

Si tu juges qu’un bébé est facile par son habileté à s’adapter aux changements, en effet, je n’ai pas un bébé facile.

Si tu juges qu’un bébé est facile par sa commodité à se promener en auto, en effet, je n’ai pas un bébé facile.

Par contre, si tu juges qu’un bébé est facile par sa vivacité, en effet, j’ai un bébé facile.

Si tu juges qu’un bébé est facile par ses habiletés auditives et visuelles, en effet, j’ai un bébé facile.

Si tu juges qu’un bébé est facile par le développement rapide de sa motricité, en effet, j’ai un bébé facile.

Si tu juges qu’un bébé est facile par sa capacité à se faire comprendre, en effet, j’ai un bébé facile.

Si tu juges qu’un bébé est facile par sa ténacité, en effet, j’ai un bébé facile.

Si tu juges qu’un bébé est facile par son niveau d’éveil, en effet, j’ai un bébé facile.

Ceci étant dit, à l’avenir, même si tu as les meilleures intentions de monde, au lieu de me demander si j’ai un bébé facile, demande-moi plutôt comment il va. Non, mieux, parle-moi de sa santé générale, demande-moi comment je vais ou si j’aimerais boire un quatrième café. Demande-moi si j’ai besoin d’aide. Et si je te dis que tout est sous contrôle, permets-toi d’insister.

Mais surtout, ne pose pas d’étiquette à mon bébé. Ne pense pas qu’il est facile ou difficile. Il est trop jeune pour se faire dire ce qu’il est ou n’est pas. Il aura bien assez de temps pour le découvrir.

Crédit : Bricolage/Shutterstock.com
Josianne Marcelais
JOSIANNE MARCELAIS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *