Avant d’être maman, j’aurais tellement aimé que l’on me dise

mother with baby crying

Avant d’être maman, j’aurais tellement aimé que l’on me dise que les premiers mois suivant ton arrivée seraient difficiles.

J’aurais aimé savoir que les nuits seraient aussi courtes et que les journées seraient parfois beaucoup trop longues.

J’aurais aimé que l’on me dise que ton arrivée serait peut-être difficile pour ton papa et moi et que je me sentirais peut-être seule parfois.

J’aurais aussi aimé que l’on m’avise que mes hormones allaient me jouer des tours et qu’elles allaient me faire vivre une multitude d’émotions fortes.

J’aurais aimé que l’on me dise de ne pas essayer de suivre à la lettre les horaires préétablis par les gurus du sommeil et de ne jamais me comparer.

J’aurais tellement aimé que l’on me dise que chaque jour, j’allais douter de moi et de mon nouveau rôle au sein de la maternité…

Cependant, les gens m’ont prévenue de bien des choses qui se sont avérées vraies.

Ils ont eu raison de me dire que tu serais ma plus belle histoire d’amour.

Ils ont eu raison de me dire que je t’aimerais plus que tout au monde et que je serais prête à donner ma vie pour toi à tout moment.

Ils ont également eu raison de me dire qu’en devenant maman, j’allais développer une crainte de la maladie et une peur atroce de te laisser seul en partant trop vite.

Ils ont eu raison de me prévenir que le temps à tes côtés allait passer si vite, trop même, et que du jour au lendemain, tu me quitterais pour la garderie.

Et, par-dessus tout, ils ont eu raison de me dire que tu changerais ma vie, car ma vie maintenant, c’est toi.

Crédit : Oksana Shufrych/Shutterstock.com
Myriam Fournier
MYRIAM FOURNIER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *