À toi qui crois que mon enfant est mal élevé

little boy angry

À toi, chère future maman pleine de détermination qui me regarde d’un air condescendant à l’épicerie quand mon enfant me pète une crise pour avoir une boîte de biscuits;

À toi, chère personne âgée que je ne connais même pas et qui se permet de me dire que dans son temps, les enfants ne répondaient pas de cette façon à leurs parents;

À toi, chère amie qui me juge quand mon enfant court partout même si ça fait sept fois que je lui demande de rester assis pour manger son repas;

À toi, l’éducatrice qui croit que mon petit fait des caprices et que je lui donne tout ce qu’il demande sans imposer mes limites;

À vous tous, chers parents qui avez eu des enfants calmes, obéissants et je me permets d’utiliser le mot ‘’faciles’’;

J’aimerais vous faire comprendre une chose bien simple : mon enfant n’est pas mal élevé. Bien que je doive admettre que ne le croyais pas avant de devenir maman, les enfants ne sont pas tous naturellement malléables comme les vôtres. C’est dur à croire, je sais, mais c’est pourtant vrai; chez nous, la crise du Terrrible Two dure depuis cinq ans.

Quand mon petit me demande du chocolat pour déjeuner et que je refuse, c’est la crise assurée. Et même si la Team de Pat’Patrouille débarquait chez nous pour effectuer une super mission, ça n’y changerait rien; mon enfant va quand même le vouloir, son foutu chocolat.

La vérité, c’est que l’aptitude à la négociation, l’esprit critique et l’aisance dans la prise de décision sont des charmants traits de caractère dont mon petit a hérité le jour de sa naissance. Ceci étant, malheureusement pour moi, peu importe ce que je fais, il garde sa tête de cochon.

J’ai tout essayé : les méthodes que proposent les articles d’éducation 101 et les conseils de Super Nanny, Docteur Nadia et même de Monique, une parfaite maman que j’ai croisée au restaurant. Mais honnêtement, je pense que mon enfant avait déjà compris toutes les stratégies possibles avant même de savoir parler.

Au quotidien, ce n’est pas toujours facile. Parfois, je suis fatiguée. Fatiguée de me battre pour faire respecter chacune des consignes que je lui donne. Fatiguée qu’il s’oppose constamment, jour après jour. Et surtout, fatiguée des gens comme toi, qui doutent de moi et de mes compétences en tant que maman parce que mon petit n’obéit pas au doigt et à l’œil.

Non, mon enfant n’est pas mal élevé. Il est simplement brillant. Il comprend et détourne les stratégies qu’utilisent les adultes pour le faire rentrer dans le moule. Il est ambitieux, il s’affirme et est capable de faire valoir ses points. Oui, il m’obstine et me répond souvent. Mais même s’il m’arrive d’avoir envie de l’expédier en colis express pour avoir une petite pause, je n’en suis pas moins fière de lui. Fière qu’il garde la tête haute malgré tous ces obstacles qu’il rencontre déjà, à un si jeune âge.

Je sais qu’un jour, toute cette énergie, toute cette tempête qui débordent souvent de son petit corps, se transformeront en carburant dans sa vie d’adulte. Et ce jour-là, j’espère que tu comprendras, que chaque enfant naît avec sa propre singularité, et qu’au final, c’est à nous, en tant que parents, à nous adapter à leurs couleurs parfois extravagantes, mais toujours parfaitement uniques.

Crédit : ElRoi/Shutterstock.com
Janie Bordeleau
JANIE BORDELEAU

35 thoughts on “À toi qui crois que mon enfant est mal élevé

  1. Maria Répondre

    Vous décrivez terriblement bien ma fille et mon quotidien. Merci. Pour une fois, je me sens comprise!

    1. Amandine Répondre

      Tout pareil ici avec ma fille! Elle a 8 ans et s’oppose à encore aux directives parentales juste par principe ! On m’a déjà dit qu’elle était mal élevée, pour autant je n’ai pas l’impression d’être laxiste. J’essaye aussi de prendre plaisir à être maman, sinon je passerais mon temps à hurler et dire non…
      Il paraît que ce sont des gamins qui sont bien dans leurs baskets! Alors soit, ma fille est mal élevée et si c’est ce que pensent les autres pour qu’elle ait confiance en elle plus tard, alors parlez je vous en pris 😉

  2. Stéphanie D. Répondre

    Merci pour ce partage.
    Vous ne pouvez pas savoir avec quelle bienveillance j’accueille votre post. J’ai moi-même une tornade de 3 ans qui n’entre pas dans le “moule” et dont la pertinence et le vocabulaire laissent certains adultes abasourdis. La fatigue des mamans qui tentent d’expliquer face à ces colères est souvent niée. Alors encore merci d’avoir pris le temps de donner de votre énergie.

  3. Sandrine Répondre

    Bonjour, je me reconnais beaucoup dans ces lignes. Ma fille était comme cela enfant. C’était très dur, on tenait bon mais les jugements extérieurs c’était compliqué… Pour vous conforter dans votre analyse, elle a aujourd’hui 14 ans, et je n’ai plus que des compliments sur elle : elle est brillante à la fois intellectuellement mais aussi humainement. Elle sait négocier, faire entendre son point de vue de manière désormais très adaptée, elle a confiance en elle et présente toutes les qualités d’une future leader. Pas de tout repos d’éduquer ces personnes hors normes ! Alors tenez bon et continuez de l’admirer, il y a toutes les chances qu’il le mérite ! Bon courage quand même, c’est une épreuve assez solitaire…

  4. Céline Répondre

    Merci pour ces paroles…

  5. Céline Répondre

    Tellement vrai. 3 enfants et 3 caractères différents. Et ce qui marche avec l ‘un ne marche pas avec l ‘autre.
    Un simple exemple quand je les réprimande l’aîné prend systématiquement tout pour lui, le second ne se sent jamais concerné et la dernière a une réaction un peu entre deux.
    Au début ce n etait pas facile avec le 2ème car ce que nous avions appliqué pour l aîné ne fonctionnait pas… alors nous nous sommes adaptés… même si parfois pfff c est rude.

  6. phanie Répondre

    Chaque enfant est diffèrent, et surtout il est différent avec chaque personne
    Ma première a été un bébé tellement facile, et elle est une enfant “idéale” je dirais ( oui quelle chance pour une première lol)
    Ma deuxième c’est tout l’inverse, bébé chouineuse, enfant au caractère bien trempé à la maison, et pourtant, à l’école et partout ou je peux aller, “presque” aussi idéale que sa soeur 🙂
    Et mon troisième, bah bébé pas facile du tout, à voir la suite, mais du haut de ses à peine un an il sais déjà ce qu’il veux ce ptit coquin ( je pense que je vais en voir pas mal avec lui lol)
    Ceux qui jugent , ne vivent pas avec eux au quotidien (ou alors ils n’ont pas d’enfants)

  7. Ledru Répondre

    Non non, il est pas brillant, il est juste chiant et capricieux. J’ai bossé pendant 5 ans avec des gosses “merveilleusement intelligents”, c’est juste la phase de déni des parents infoutus de comprendre qu’ils font mal leur éducation.
    Déso pas déso mais c’est le genre de gamin qui une fois a l’ecole va bully les autres pour se faire respecter, et une fois adulte sera un gentil petit pervers narcissique parce que maman a pas été capable de reconnaître ses erreurs.

    1. Coco Répondre

      Comme quoi vous ne les connaissez pas tous! Le mien est difficile à la maison mais c’est lui qui se fait « bully » à l’école comme vous dites!! Il est tres Lin d’être méchant mais sait ce qu’il veut. Vous aimeriez qu’on vous interdise de faire ce que vous voulez sans rien dire vous? Ce n’est pas parce que c’est un enfant qu’il n’a pas d’opinion et qu’il ne veut pas se battre pour. Plutôt que de sortir des telles méchancetés vous feriez mieux de vous abstenir ou peut-être apporter de solutions constructives au mamans qui font tout leur possible…

    2. Erika Répondre

      Mais quelle bienveillance dis donc !
      J’imagine pourtant que vous travaillez avec de l’humain pour avoir travaillé 5 ans auprès d’enfants…

    3. Katta_33 Répondre

      Bonjour merci pour votre message qui dit que vous avez bossé 5 ans avec des enfants. Merci d’avoir arrêté votre travail car avec une mentalité comme la votre. Il n’y a pas de mauvaises éducation. Tous les parents n’ont pas envie de discipliner leurs enfants à coup de bâtons pour qu’il rentre dans le moule bien défini par la société et les adultes. Si on vous donnez la possibilité pendant une journée de pouvoir dire non et de vous comportez avec impulsivité comme peut le faire un enfant qui apprend la vie avec le monde extérieur. Vous seriez sûrement ravie de pouvoir le faire. Cela ne ferait pas de vous une personne mal éduquée juste une personne avec une opinion et des convictions.
      Signé la maman d’une petite fille de 2 ans et demi qui lui laisse le libre choix de s’exprimer et si elle décide de s’exprimer avec un caprice moi aussi j’aimerais avoir certaines choses et cela me frustre de ne pas l’avoir mais maintenant à 33 ans je suis rentrée dans le moule.

    4. Clementine Répondre

      Changez de métier.

    5. Vivi Répondre

      ARK. Je vomis en lisant votre message.

    6. Opadi Répondre

      Dites donc quel triste constat
      !!!heureusement que vous avez arrêté de bosser avec des enfants surtout pour eux !!!

    7. Gerboin Répondre

      Je partage totalement. Dans tout ce qui circule, nulle part il n’y est fait mention de la présence et du rôle du père. Curieux n’ est pas…
      Hors son rôle est primordial qd il s’agit de faire preuve d’ autorité

    8. Steph Répondre

      Merci

    9. Childfree Répondre

      Analyse fort pertinente. Eduquer convenablement un enfant est très difficile, peu de parents en sont capables correctement et pourtant moults candidats à la procréation. Une base intellectuelle, financière, beaucoup de bon sens paysan et d’autocritique (apprendre de ses erreurs)… ces quelques critères évidents manquent tellement souvent aux géniteurs/trices. On en voit le résultat partout, les mômes sont fracassés par leur éducation médiocre, je les plaindrais presque. Futurs adultes toxiques en effet.

  8. Jacinthe G. Répondre

    On a décidé d’aller voir un psychologue Avec lui. Il avait 4 ans au début. Il nous a aidé à mieux le comprendre, ainsi à interagir avec lui de la bonne façon et lui a mieux nous comprendre. Ce fut toute une différence. On avait vu une travailleuse sociale, mais elle n’avait jamais rencontré notre garçon et l’impact fut moindre. Nous n’avons aucun regret.

  9. Michelle Répondre

    C’est drôle hein!
    Mon premier né est comme ça. Il est hypersensible et très intelligent. C’est pas toujours facile et nous nous sommes fait juger tellement de fois, c’était l’horreur. Encore aujourd’hui, il est parfois jugé pour ses réactions.
    Ma deuxième, c’est un bébé avec un tempérament taquin et calme. C’est drôle, j’ai moins de critiques tout d’un coup.
    J’ai rien changé dans ce que je fais pourtant. Absolument rien.
    Mes enfants sont juste différents.

    Ce qui me console dans tout ça, c’est que je ne juge pas les enfants qui font des crises ou qui semblent difficiles. Ça a du bon de pouvoir offrir un peu de compréhension aux parents qui en arrachent.

  10. Aurore Répondre

    Cet article est un peu dérangeant dans sa tournure… que penser des enfants “faciles”? Sont-ils plus soumis que les enfants à fort caractère? Leur avenir est-il plus compromis?
    Et est-ce que ça vaut pour tous les enfants “difficiles”, le trait d’intelligence? “Difficile” veut systématiquement dire brillant?
    Beaucoup de gens lisent cet article. Les conséquences de telles questions ne sont pas mesurables.
    Recentrons : le jugement blessant est la seule chose à dénoncer.

  11. Josianne Répondre

    Non, les enfants NE naissent PAS capricieux. Vous avez simplement échoué dans l’élevage de vos enfants et tentez de vous rassurer. Non, certains parents sont simplement de mauvais parents. C’est la réalité, autant l’accepter.

    Si votre enfant embête les autres, c’est qu’il est simplement mal élevé. On ne naît pas une horrible personne, on le devient en raison de son environnement.

    1. Marjo Répondre

      Et pourquoi dans une famille de 2 ou 3 enfants, 1 seul serait mal élevé? (Pourtant élevé avec les mêmes parents?). Je pense que vous ne savez pas de quoi vous parlez…

    2. David Répondre

      Fais dodo toi.

    3. A-R Répondre

      “élevage’? Vraiment ? Je pensais qu’il était question d’êtres humains dans l’article…

    4. A-R Répondre

      Si je n’avais écouté que ce genre de remarques, nous n’aurions jamais su que notre fils était porteur d’un trouble. Grâce à des suivis depuis presque un an, il progresse.
      Ce type de paroles hyper blessantes ont bien failli m’aneantir. Pensez un peu au désastre que vous provoquez chez ces familles avec de tels propos. Aujourd’hui, cela me passe au-dessus mais à quel prix…

    5. Nathalie Répondre

      Pour parler “d’élevage”, vous avez déjà une drôle d’image de l’éducation d’un enfant… Un enfant ne se dresse pas comme un animal! Et non, malheureusement l’éducation ne fait pas tout… Un enfant avec un trouble oppositionnel, un tdah… a du mal à gérer les émotions, les frustrations et par là même a souvent une impulsivité qui, comme son nom l’indique, n’est pas maîtrisable. Renseignez-vous avant de juger l’éducation des parents de ces enfants-là!

  12. Pascaline Répondre

    Mon fils a 11 ans aujourd’hui, il a toujours été rebelle. Avant de savoir parler, il négociait pour manger ses légumes. Il est brillant, mais têtu, colérique et toujours dans l’opposition. Il a beaucoup de mal avec l’autorité, la discipline, souvent dans le doute et le manque de confiance en lui, souvent dans la souffrance de se sentir inadapté. Un peu comme en crise d’adolescence depuis toujours.
    Une psychologue nous a mis sur la trace du “trouble de l’opposition et de la contestation”, mis au jour au Québec, et je pense que c’est ce dont il souffre. Ça n’a pas tout résolu, loin de là, mais ça m’a aidée de reconnaître son trouble comme répertorié, de suivre les conseils de neuropsychiatres experts. Bon courage à toutes les familles qui se reconnaîtront dans ces symptômes.

  13. Bonomi Répondre

    Bonjour, j’ai retrouvé mon fils dans votre témoignage…. les réflexions des autres parents, des écoles qui me disaient que s’il était si arrogant et insolent c’est parce qu’il était mal élevé…. Bien qu’ils avaient eu, en classe, son frère aîné qui lui a été “facile”. Maintenant il a 15 ans, n’est pas très bon à l’école mais a déjà son projet de vie, il est degourdi mature… il s’intéresse à tout et est très curieux…. Oui cela a été dur, surtout en etant seule, mais c’est un ado extra….
    Bon courage à vous surtout ne baissez pas les bras, ils en valent la peine….

  14. Iso Répondre

    S’affranchir du regard des autres est une autre solution …

  15. Leti Répondre

    Bonjour,
    Je suis la maman de trois enfants enfants “mal élevés “. J’ai connu des moments de solitude voire de gêne bien plus d’une fois, soumise aux regards des autres que j’ai senti jugeant… j’ai eu quelques moments de repis quand j’allais en Italie, où le regards porté sur les enfants bruyants et affirmés est différent. On me disait là bas qu’ils étaient beaux et vivants et qu’il fallait que je les laisse tranquilles quand je les reprenais.
    Aujourd’hui ils ont 17, 15 et 11 ans. Ce sont des garçons adorables, tendres et autonomes. On me disait “petits enfants petits soucis, grands enfants, grands soucis “… Je suis surprise de constater que ce n’est pas le cas. Quand j’ai pu dire que l’adolescence, finalement, c’était sympa “on” m’a dit que c’est parce que je n’y étais pas encore 😂 !
    Il ne faut rien lâcher, rester ferme, même si c’est usant, épuisant… mais au final, quel bonheur et quel fierté d’avoir ces trois merveilles dans ma vie. Trois belles personnes à part entière

  16. Magray Répondre

    Merci, j’en ai les larmes aux yeux en vous lisant, tellement ça ressemble à mon extraordinaire petit garçon……que seuls les gens dotés d’une bienveillance véritable peuvent dompter!❤

  17. GC Répondre

    Mon fils de bientôt 8 ans est hypersensible, diagnostiqué TDA sans hyperactivité, avec un trouble anxieux.
    Et oui, ce genre de trouble leur est intrinsèque et n’a rien à voir avec l’éducation.
    Les hypersensibles ont un microbiote intestinal (notre second cerveau) différent. Il ne sécrèterait pas suffisamment de sérotonine et les rendrait donc particulièrement opposant.
    Les recherches menées sur l’axe intestin cerveau nous en apprendront sans doute plus dans quelques années.

  18. VENEZIANO Répondre

    La méthode est la même pour tous les enfants : 1/ expliquer, 2/ punir si l’enfant ne parvient pas à se raisonner seul. Punir consiste simplement à isoler pour que l’enfant trouvé en lui les moyens de se calmer. 3/ faire un câlin quand l’enfant a retrouvé la raison (récompense).
    Au fur et à mesure, il se calmera de plus en plus rapidement. Puis il en viendra à la phase où il comprendra les raisons des injonctions sans avoir besoin d’être isolé.
    C’est pas compliqué et c’est l’apprentissage universel. Même chez les animaux cela fonctionne ainsi.
    En cas de handicap, garder ces 3 principes en remplaçant la phase isolement par une phase d’appaisement avec aide de l’adulte (câlin mais sans céder!) + Accompagnement professionnel.

  19. Zamak Répondre

    N’importe quoi!

  20. JERRY Répondre

    En effet, comme le dit fort justement un commentaire, cet article (ainsi que beaucoup de réactions) est (sont) dérangeant(s).
    Hélas! Oui, il y a des enfants mal (pas) élevés.
    Non, se rouler par terre parce que l’on s’est vu refuser une sucrerie n’est pas une preuve d’intelligence. (Ce qui voudrait dire, a contrario, qu’obéir à son parent serait une preuve de sottise.)
    Non, ce n’est pas parce que deux enfants élevés de la même façon réagissent “mal”, pour l’un d’entre eux, et “bien” pour l’autre, que l’on a fait un sans faute – un mauvais comportement n’a pas toujours des conséquences négatives, mais cela reste un mauvais comportement.
    Non, le fait de ne pas être arrivé à inculquer à son enfant les limites nécessaires pour bien vivre en société (car, oui, limites il y a) ne signifie pas qu’il est “brillant” mais que l’on a renoncé car, non, on n’a jamais “tout essayé”.
    Alors, chères mamans, au lieu de vous congratuler, remettez vous plutôt en cause et, surtout, ne pensez pas seulement à vous et à votre enfant (ce n’est d’ailleurs pas un service à lui rendre), mais aussi aux autres, et à ce que serait le monde si chaque individu était aussi tolérant… avec lui-même!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *