Lettre à mon petit garçon

mother with son

Mon petit garçon,

Dans ce monde fait de jugements, j’aimerais que tu sois à jamais celui que tu as envie d’être, peu importe ton sexe.

Déjà enfant, tu vis les choses intensément. Ne retiens pas tes larmes en grandissant. Fais de ta sensibilité une force. Un homme peut avoir peur comme il peut aussi pleurer, surtout n’en doute jamais.

Si tu veux jouer à la poupée, ne tiens pas compte de certains regards interloqués; amuse-toi, en t’imaginant quel papa tu seras. Je serai fière de toi.

Même s’il arrive qu’on te rejette, que l’empathie s’avère une qualité difficile à gérer, ne pense pas qu’être affectueux et porter de l’intérêt aux autres est réservé aux femmes. Ne crois pas qu’il s’agit d’une faiblesse alors qu’il s’agit, à l’inverse, de la plus belle des richesses.

Choisis également qui aimer, fille ou garçon, brun ou blond; l’essentiel, c’est que vous soyez heureux lorsque vous êtes tous les deux.

Si tu veux danser, pouvoir tourbillonner au son de la musique ou si tu trouves que taper dans un ballon est magique, qu’importe ton choix, fais-le avec passion et tu recevras systématiquement mes applaudissements.

Au cours de ta vie, on te demandera probablement d’être fort, ou peut-être d’être “viril”, de perdre du poids ou de te muscler, de t’épiler ou de laisser ta barbe pousser. Pour que les autres nous aiment, il faut commencer par s’aimer soi-même alors reste comme tu es, ne tombe pas dans ces clichés.

Si tu aimes être coquet, si tu veux te faire tatouer, si tu choisis le rose pour t’habiller, rappelle-toi que toi seul peux décider de ce que tu veux faire du corps que la vie t’a donné et quels vêtements tu aimes porter.

Choisis ton métier en fonction de ce qui te plaît parce que l’égalité  fonctionne des deux côtés. Assistant maternel, fleuriste, infirmier, ingénieur, policier ou docteur; l’essentiel est que chaque matin tu aies envie de te lever pour partir travailler.

Mon garçon, n’écoute pas les diktats que la société pourrait chercher à t’imposer. Sois libre dans ce que tu entreprends, mène tes combats, le bonheur n’attend pas.

Et si un jour, par peur pour toi, il m’arrivait de t’imposer mes choix, rappelle-moi tout bas qu’on ne fait pas des enfants pour soi.

Crédit : zhukovvvlad/Shutterstock.com
Morgane
MORGANE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *