À toi qui rush avec le sommeil de ton bébé

tired mother with baby

À toi qui passes tes journées à essayer d’endormir ton mini;

À toi qui pleures souvent la nuit en berçant ton trésor qui s’est réveillé pour la soixante-douzième fois;

À toi qui vis dans ce tourbillon de fatigue depuis six, neuf ou douze mois et qui as essayé vingt-huit techniques différentes qui ne fonctionnent pas;

J’ai envie de te dire que je te comprends, mais aussi de lâcher prise malgré la fatigue, car il y a des choses qu’on ne peut pas contrôler, et le sommeil de ton trésor en est une.

Je le sais parce que même si je me suis empêchée de sortir pendant les six premiers mois de vie de mon bébé sous prétexte qu’il n’était pas question qu’il manque une sieste et qu’il dorme encore moins bien la nuit, je me réveille encore de cinq à six fois par nuit pour l’aider à se rendormir un an plus tard.

Je le sais parce que même si j’ai tenté d’écouter toutes les remarques désagréables du genre “laisse-le pleurer, il faut qu’il comprenne”, “il te manipule” et “tu l’as trop gâté, voilà ce que ça donne”, je me réveille encore de cinq à six fois par nuit pour l’aider à se rendormir.

Je le sais parce que même si j’ai lu tous ces livres, ces bibles du sommeil qui te garantissent qu’ils ont THE SOLUTION qui te donnera enfin plus de deux heures de sommeil sans interruption, je me réveille encore de cinq à six fois par nuit pour l’aider à se rendormir.

Je le sais parce que, même si j’ai reproduit à la lettre ce que j’avais fait la veille d’une bonne nuit pendant laquelle mon bébé avait dormi quatre heures d’affilée, je me réveille encore de cinq à six fois par nuit pour l’aider à se rendormir.

Malgré les deux mille techniques que j’ai essayées, les bruits blancs et les petites brumes qu’ils vendent en promettant un sommeil apaisant à ton enfant, mon bébé ne dort toujours pas.

J’ai donc envie de te dire de lâcher prise car après un an d’essais infructueux et d’espoirs déçus,  je réalise à quel point j’ai perdu mon temps. À quel point je me suis cassé la tête à essayer de comprendre quelque chose qui n’a tout simplement aucune explication. À quel point je me suis mise cette pression intense et par le fait même, à quel point j’ai imposé à mon bébé ces méthodes qui obligent les enfants à entrer dans un moule pour que les adultes puissent avoir la sainte paix la nuit.

Il y a des enfants qui tardent à marcher, d’autres à parler et il y en a pour qui c’est le sommeil qui est plus difficile à acquérir. Un jour, ton enfant et le mien dormiront par eux-mêmes, mais d’ici le moment où il seront prêts, contentons-nous d’être là pour eux, de les accompagner comme on accompagne  un enfant qui apprend à marcher; en le soutenant dans ses difficultés et ses insécurités pour l’amener à avoir confiance en ses capacités.

Et lorsqu’ils dormiront finalement, nous réaliserons que ces moments qui nous faisaient parfois friser les oreilles se sont transformés en doux souvenirs que nous chérirons pour le reste de notre vie.

Marie-Danielle Jacques
MARIE-DANIELLE JACQUES

8 thoughts on “À toi qui rush avec le sommeil de ton bébé

  1. Geraldine Répondre

    ❤️j’ai fait ça avec ma première…d’essayer tous les trucs, conférence et cie… et ça pris 3ans ( et elle se réveille une ou 2 fois par nuit 2-3 fois par semaine), j’ai hâte de voir avec mon 2.0 si ce sera la même chose… on tombe vite dans le « faut qui dorme et quoi comment» mais en même temps, on vient tellement fatigué que ça vire en obsession, pi en même temps, hier ça faisait 3hr que mon 4mois dormait, je suis aller voir s’il respirait, je me suis tellement approché que j’ai du le réveiller en plus que je devais sentir le lait x1000…hilalala merci pour ton texte…lâcher prise 🙏 y’a une maman qui a écrit, les nuits en pointillés, j’ai trouvé ça beau. On commence nos nuit une tite barre à la fois 😊 donc bonne nuit pointillé à toi 😌

  2. So Répondre

    Merci pour ce joli texte qui remet les idées en place. Ma fille de 6,5mois ne s endort qu au sein. J essaie de la bercer pour qu elle apprenne petit à petit à s endormir sans le sein puis avec des calins dans son lit puis toute seule dans son mais seul le sein la calme et elle se reveille toutes les 2 heures quand j ai de la chance. Mais un jour elle sera grande et je me souviendrais avec nostalgie de ces endormissement dans mes bras, alors meme si c est parfois difficile parce qu’on est fatigué et que le corps suit difficilement, j essaie de profiter au max de ce petit etre blottit tout contre moi et qui s appaise dans mes bras. Bon courage
    So

  3. Coralie Répondre

    Je me retrouve tellement dans ce texte… Ma petite Ombeline a 13 mois et les nuits, les couchers sont compliqués.. Entre les terreurs nocturnes et sa capacité à tenir éveiller malgré la fatigue, je suis parfois à bout.. Et parfois je crie et je m’en veux dans la seconde de lui infliger cela pour que son père et moi ayons la paix le soir… Le sommeil est quelque chose de propre à chacun. Je l’entends mais j’ai parfois du mal à ne pas devenir chèvre à cause de la fatigue …
    En tout cas merci pour ce texte qui me permet de déculpabiliser!

  4. Roch Répondre

    Chez nous 15 mois de nuits en pointillées jusqu’à découvrir le réseau de psychologues guidés par l’idée qu’en enfant dort naturellement et que si ce n’est pas le cas, une angoisse doit être la cause de son trouble du sommeil. Une séance à suffit et depuis bébé dort !!!
    Grossesse et accouchement compliqués étaient les causes de ses mauvaises nuits.
    Si cela peut aider quelques familles, voici le lien.
    https://mcads.org/

    Bon courage à toute les mamans, je compatis du fond du coeur.

  5. Héloïse Répondre

    Que de souvenirs! Mon n°2 est en cours de fabrication mais avec n°1 c’était exactement ça! Au final ça s’est résolu quand je me suis convaincue que je n’étais pas obligée de dormir la nuit et que tant qu’à faire autant profiter de ces moments de douceur avec mon tout petit. Ca a détendu tout le monde et on a commencé à passer des nuits de plus en plus longues!

  6. Julie Répondre

    Merci pour ce texte. On finit par croire qu’on ne fait pas les choses correctement, on essaie tout, ce qui marchait la veille, ne marche plus le lendemain…..
    Au final, on ose plus répondre à la question «il fait ses nuits»….
    Plus de douze mois que je n ai pas dormi une.nuit entière ! Mais on s’habitue. Et effectivement, chaque bébé a son rythme, il fait les accompagner…. ça prendra le temps que ca prendra!

  7. Charpentier-Michenot Répondre

    Même si il n’y a pas de recette miracle, cela peut faire du bien au bébé et à ses parents d’en parler à un.e professionnel.le qualifié.e car lorsque tout le monde dort mal, cela devient vite compliqué !
    #jesuisinfirmierepuericultrice

  8. Nadia Répondre

    Ma fille a 5 ans, après 4 années à essayer mille et un trucs j’ai par miracle été référé à un ORL. Verdict : ma fille ne respirait pas bien la nuit se qui l’empêchait d’aller dans un sommeil profond et réparateur. Depuis son opération elle va mieux et dort beaucoup mieux. Parfois aucun truc ne peut en venir à bout. Si vous vivez des réveils nocturnes beaucoup trop fréquent, demander une évaluation par un ORL. Je suis maintenant soulagé de savoir que ma fille se repose réellement durant la nuit à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *