Mon bébé, je redoute le moment où je devrai arrêter de t’allaiter

mother breastfeeding

Attention, ce texte ne vise en aucun cas à diminuer les mamans qui n’allaitent pas ou insinuer que celles-ci ne donnent pas le meilleur à leur enfant ou ne développeront pas un lien affectif aussi fort avec lui; il s’agit simplement d’un texte encensant l’allaitement d’une femme qui craint le moment où il se terminera car elle l’apprécie. 

Ça fait déjà quelques temps que je t’allaite, l’une des meilleures décisions de ma vie, mais le temps passe trop vite. Je repense à tous les efforts qu’on a mis pour que ça fonctionne et à toutes les larmes que j’ai versées pour y arriver. Maintenant que ça va bien, qu’on a pris notre rythme, je vois la fin arriver à vive allure et je la redoute parce que je ne suis pas prête à arrêter de t’allaiter.

Tu sais mon amour, pour moi, le lien qui nous a unis au cours de ces derniers mois d’allaitement est un lien sacré. Un lien qui ne pourra pas être remplacé dans l’avenir et qui ne pouvait être créé que par nous deux. Par ton si petit corps collé au mien, par ma volonté de te donner le meilleur de moi-même et par cette impression que tu te retrouves à nouveau dans mon ventre, au chaud, où rien ne peut t’atteindre.

Ce sont nos moments de tranquillité à nous dans un monde qui va tellement vite. Un moment pour s’arrêter, pour se coller, pour se rappeler à quel point on s’aime. Quand tu me regardes avec tes yeux qui m’appellent, tu me demandes à boire mais parfois aussi un instant de réconfort pour sentir ma peau contre le tienne, pour te rassurer, pour te dire que je suis là, pour toujours, près de toi.

Parfois je te regarde, toi, petit être plein d’entrain et plein de joie de vivre, et je ne peux m’empêcher de remercier la nature parce que grâce à elle, mon corps dispose de tout ce qui est nécessaire pour que tu te développes. Je t’ai nourri pendant neuf mois dans mon ventre pour ensuite continuer de le faire jour après jour. Mon corps est capable de faire grandir un autre corps; c’est mon super pouvoir de maman et j’en suis tellement fière.

Je dois aussi t’avouer qu’il m’arrive d’avoir quelques pensées égoïstes quand je pense à l’allaitement car j’éprouve un petit plaisir à savoir que je suis la seule à pouvoir te nourrir. Non pas que je veux priver les autres de ta présence, mais quand tu es dans les bras d’une autre personne, que tu pleures et que tu réclames à boire, je sais que je suis la seule vers qui tu vas te tourner et pour moi, le simple fait de t’avoir dans mes bras pour te nourrir me réconforte et me rend heureuse.

Nous avons surmonté bien des défis ensemble au cours de ces derniers mois de bonheur lacté. Ça n’a pas toujours été facile, particulièrement au début, mais nous avons persévéré et je suis fière de nous. Tellement fière de toi, mais aussi fière de moi.

Je me sens bien et sereine avec ma décision de t’allaiter encore et encore, même si certaines me le reprochent déjà.

Et, mon bébé, après tout, c’est notre décision à tous les deux.

Crédit : Da Antipina/Shutterstock.com
Mamacita
MAMACITA

8 thoughts on “Mon bébé, je redoute le moment où je devrai arrêter de t’allaiter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *