Je suis une maman débordée, parfois dépassée, et j’aime ça

mom overwhelmed

Je suis une maman débordée, parfois dépassée, et j’aime ça.

Je n’ai pas le temps de m’ennuyer et à vrai dire, c’est parfait car je n’ai pas le temps de ruminer ni de penser aux tracas du quotidien.

J’aime changer des couches à longueur de journée, essuyer trois bouches, six mains, couper soixante petits ongles et courir après le temps qui passe.

Ça peut paraître masochiste, mais j’aime ne pas avoir une minute, courir, retrouver une tasse de café abandonnée et y boire le café tiédi voire froid, ne même pas avoir le temps de faire pipi plus de deux fois par jour. J’aime trimbaler mes marmots partout avec moi, les entendre rire, crapahuter, se chamailler. Les regarder jouer ensemble, se disputer, s’aimer simplement. Les voir emplis de tendresse les uns pour les autres, savourer les instants même s’ils passent très vite.

Je cours toute la journée, mais j’aime ça. Prendre les rendez-vous, faires les courses, préparer le repas favori de mes petits, les aider à manger, faire des pancakes en même temps que donner la tétée, répondre à cent cinquante questions par minute et surveiller que mon cascadeur en herbe ne se fasse pas mal.

J’aime ne plus avoir la notion de jour ou de nuit, bercer, donner les bains le soir entre les cris, la salle de bain devenant une piscine improvisée, donner une tétée pendant que je termine d’habiller le second tout en essuyant correctement le grand. Mes journées défilent et j’aime ça.

Mes journée sont remplie de (més)aventures, d’anecdotes totalement cocasses. Des trucs fous m’arrivent au quotidien. Chaque jour, je peux perdre une roue de poussette sous la pluie, ne pas voir mon deuxième qui, en douce, pique le pot de chocolat, ouvrir la porte au facteur avec mes coussinets d’allaitement qui dépassent, me retrouver à la sortie de l’école à chanter des chansons pour apaiser mes bébés ou entendre mon aîné me sortir des phrases ou répliques totalement comiques. À présent, j’ai toujours quelque chose à raconter.

J’aime me sentir épuisée le soir venu, et avec chéri m’assoupir dans le divan aussitôt les enfants couchés. Terminées les insomnies, en fin de journée je suis fatiguée, épuisée et j’aime ça.

J’aime plier des kilos et des kilos de linge que je n’aurai pas le temps de ranger, aspirer les miettes et vider le lave-vaisselle avec une petite glu pendue au sein dans l’écharpe de portage, tout en traînant mon gros bébé accroché à ma cheville comme un petit koala. Conduire mon aîné à l’école avec son vélo, lui courir après alors que mes deux petits sont confortablement installés sur moi en double portage. Je ressemble à un âne, avec les cernes du panda en prime.

J’aime être une maman, leur maman, complètement débordée souvent dépassée et épuisée. Ce rôle, c’est le mien et il me comble chaque jour, dans ses difficultés, dans ses défis, mais aussi dans tout l’amour qu’il m’apporte.

Je suis une maman débordée, parfois dépassée, et j’aime ça.

Kenza M.
KENZA M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *