Lettre au petit garçon d’Émilie Girard

little boy alone black and white

Cet article a été rédigé en réaction à la mort d’Émilie Girard survenue après la naissance de ses deux jumelles également décédées au cours de la même journée. 

À toi, le grand frère, le garçon, le fils,

J’aimerais t’expliquer ce qui s’est passé dans l’univers pour qu’il mette sur ton chemin une si lourde épreuve à ton si jeune âge. Il y a certaines destinées qui seront toujours un mystère. Des destinées pour lesquelles on ne trouvera jamais d’explications rationnelles et ta mère et tes sœurs font partie intégrante de l’une d’elles. J’aimerais te donner du courage et toutes les réponses, mais tu devras faire ton propre cheminement au fil des années. Trouver ta propre explication qui rendra ta vie plus légère et le soleil plus rayonnant.

Tu es un grand frère brave et bienveillant. Et malgré la mort de tes soeurs, tu ne l’as pas seulement été; tu l’es toujours. Être grand frère est un travail pour lequel on s’engage pour toute sa vie, peu importe les épreuves. Malgré leur départ, sache que tes sœurs ont besoin de toi. Elles ont besoin que tu continues de prendre soin de leurs toutous, de leurs doudous, de leurs photos d’échographies, si belles et si pures. Elles ont besoin de vivre à travers toi, à travers ton sang et à travers ton cœur qui bat. Elles seront avec toi tous les jours de ta vie, dans le son de la rivière qui coule, dans le regard rusé de ton chaton, dans le parfum de la terre après un jour de pluie, dans les jours d’amour et dans les jours de mélancolie.

Ta mère était une femme forte. Elle a donné sa vie pour ses filles, pour toi, pour vous trois. Elle vous aimait tellement, n’en doute jamais. Quelqu’un m’a un jour raconté que l’éternité, c’était comme les chiffres parce qu’il y a un nombre infini de décimales après chacun d’eux. Peu importe ce chiffre, il y a une éternité de raccrochée à lui. C’est la même chose pour toi et ta maman, Émilie. Vous avez vécu une éternité ensemble; vous avez vécu votre unique et tendre éternité.

Au cours de ta vie, tu accompliras de grandes choses avec ton père, mais aussi grâce au souvenir de ta mère et de tes sœurs. Laisse-les te guider. Prends les bonnes décisions, celles que ton père te conseille, mais aussi celles que ta mère chuchote à ton coeur. À travers les flocons de neige, à travers la voix réconfortante de ton papa, à travers les heures de chagrin, mais aussi à travers les heures de grand bonheur, elle te donnera les réponses, tout doucement. Il existe des silences qui nous réconfortent et d’autres, effrayants ou angoissants. Sache que tu ne passeras aucun d’entre eux dans la peur, car ta mère sera là pour t’envelopper dans tous les silences de ta vie.

Voir l’un de ses parents pleurer est l’une des choses les plus difficiles pour un enfant et pourtant ton père pleurera beaucoup dans les semaines, les mois et probablement les années à venir. Mais sache que ça n’en fait pas quelqu’un de moins courageux.  Les pleurs nous gardent vivants. Les larmes sont douces même dans un état de grande colère, elles cajolent, elles caressent. Il faut les sentir, il faut vivre la tristesse. Mais ne porte pas le chagrin de ton père sur tes épaules; tu dois le lui laisser, ça lui appartient car même si vous marchez main dans la main, vos chemins de guérison vous sont propres et uniques.

Peu importe où la vie te mène, je veux que tu te souviennes que tu seras toujours aimé. Toutes les mères du Québec t’aiment, aujourd’hui, demain, dans cinq ans ou dans dix ans, nos maisons sont et resteront ouvertes pour toi, Zach.

Et dans les moments de doute, rappelle-toi que tu possèdes le courage, que tu possèdes l’amour et que tu possèdes la vie.

Maman de jumelles et infirmière à l’hôpital de Trois-Rivières, je vous offre, à toi et à ton père, mes plus douces sympathies.


Zach, 3 ans, a perdu sa mère et ses sœurs jumelles à l’hôpital de Trois-Rivières dans de tragiques circonstances. Vous pouvez soutenir Zach et son père en donnant généreusement à la collecte de fond en cliquant ici.  Il n’y a pas de don trop petit, chaque don compte.

 

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

5 thoughts on “Lettre au petit garçon d’Émilie Girard

  1. Melanir gelinas Répondre

    Cest tres touchant tous mes condoleance a vous , quel triste tragedie qui cest passee vos trois etoiles veilles maintenant sur vous 🌹

  2. Lallemand Répondre

    Mon petit bonhomme je ne suis q une inconnue…
    Mais c est mon coeur de maman qui parle ici …. courage à toi et à ton papa… mon tout petit ta maman ne t abonnera jamais de là où elle est je suis persuadée qu elle te guidera et veillera sur toi que la vie t
    apporte tout ce qui il y a de meilleures ,Nathalie.

  3. Caroline Répondre

    On sent bien que c’est un texte issu de tes entrailles.
    Tu as été touchée par cette histoire et ton texte en témoigne, plein de douceur et d’espoir.
    Merci Pour Zach,qui sent assurément cette vague d’amour que tu provoques ici.
    🙂

  4. Une maman de France... Répondre

    Je suis une maman qui habite bien loin, une maman qui peut prendre ses 3 petites dans ses bras et une maman qui pleure en écrivant ce message… Que la vie peut être injuste ! Une maman ne quitte jamais son petit, elle est peut être invisible pour les yeux mais si présente par l’amour… Grandis bien, petit Homme… Ton papa t’aidera et suivra le chemin qui sera le meilleur pour lui comme pour toi… ♡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *