Je suis infirmière en CHSLD et j’en suis fière

old woman with nurse

Je suis infirmière en CHSLD et les gens me plaignent régulièrement. Pourtant, même si mon métier n’est pas simple, il n’en demeure pas moins beau.

Parce qu’être infirmière en CHSLD, c’est entendre fredonner madame Lapierre tous les jours, me dire qu’elle a l’air bien et me poser des questions quand sa chambre est silencieuse.

Être infirmière en CHSLD, c’est voir madame Demers passer devant moi avec son nouveau rouge à lèvres et le bandeau que les préposées ont pris le temps de lui mettre, simplement pour qu’elle soit un peu coquette et voir son sourire fendu jusqu’aux oreilles quand je souligne combien elle est belle.

Être infirmière en CHSLD, c’est voir monsieur Dion danser avec l’infirmière qui termine son shift parce que la musique qui passait à la radio lui a donné le goût de se lever et de faire quelques petits pas de danse.

Être infirmière en CHSLD, c’est entendre le personnel chanter pour faire sourire tous ceux qui sont prisonniers de leur fauteuil roulant.

Être infirmière en CHSLD, c’est observer monsieur Dumoulin se promener, fier de lui, avec le dessin qu’il a fait avec la technicienne de loisir le matin même.

Être infirmière en CHSLD, c’est de ne pas lâcher prise et de réussir à donner un bain calme et apaisant à madame Landry parce que les neuf premières tactiques pour y arriver n’ont  pas fonctionné, mais la dixième, oui.

Être infirmière en CHSLD, c’est me rendre compte que les cinq minutes que j’ai prises pour jaser avec monsieur Lemieux qui me tendait la main avec les yeux suppliants de ne pas le laisser seul, ont réussi à le calmer et que c’est extrêmement gratifiant même si je suis en retard sur mon planning.

Être infirmière en CHSLD, c’est recevoir les remerciements d’une famille que j’ai pris le temps d’écouter et de rassurer et de les voir partir en paix de me confier quelqu’un qui leur est cher.

Être infirmière en CHSLD, c’est écouter les histoires de monsieur Mailloux qui est allé à la guerre pour sa patrie, l’entendre expliquer ses déploiements, en avoir le poil qui se dresse sur mes bras et lui dire merci pour ce qu’il a fait pour nous tous.

Être infirmière en CHSLD, c’est de voir la zoothérapeute arriver avec tous ses animaux et voir le sourire sur des visages qui n’en avaient pas connu depuis beaucoup trop longtemps.

Être infirmière en CHSLD, c’est se questionner chaque jour à savoir si je fais une différence dans la vie de mes patients. Parfois la réponse est oui, mais d’autres fois non, car j’ai souvent l’impression de manquer de temps et de moyens. Mais me rappeler toutes les belles choses que je vois au quotidien m’apaise et même si ma profession n’est pas facile tous les jours, je l’aime, et je me dis que je l’ai bien choisie.

Je suis infirmière en CHSLD et j’en suis fière.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *