Monsieur Legault, mes ados ne vont pas bien

teenager sad mask covid

Cher Monsieur Legault,

Je suis parent d’adolescents. Le genre d’ados qui vont à l’école, qui étudient, qui travaillent, qui font du sport, qui sortent avec des amis et qui passent trop de temps sur les réseaux sociaux. Ceux qu’on croise l’espace d’un instant lorsqu’ils viennent voler de la nourriture dans le frigo avant de retourner se cacher dans leur chambre. Le genre d’ados qui habitent toujours chez vous, mais que tu ne vois presque plus.

Au nombre d’heures qu’ils passent dans leur petit monde à eux, vous pourriez croire que le confinement et les mesures sanitaires sont faciles pour eux. Après tout, ils sont quand même habitués à vivre enfermés dans leur petit coin. J’admets qu’au départ je m’amusais à dire que j’avais des experts en confinement chez moi et que grâce à leur expertise, chez nous, ça allait bien aller.

Sauf que là, ça ne va pas. Ça ne va pas pantoute.

Finir l’année scolaire sans examens, c’était drôle au départ. Par contre, perdre leur bal de finissants, ne pas dire adieu à leurs amis, quitter le primaire et perdre contact avec leurs anciens camarades de classe, voir leur voyage humanitaire être annulé et leurs activités sportives suspendues, ç’a été un dur coup. Malgré tout, ils sont passés à travers et ils ont pris la relève dans des emplois nécessaires. Mais suite à tous leurs efforts, ce serait vous mentir que de vous dire qu’ils n’avaient pas très hâte de revoir leurs amis et retourner en classe et à leurs entraînements sportifs.

Le problème, c’est qu’après l’excitation de septembre sont venues les mesures sanitaires plus strictes et leur déconfiture. Leurs espoirs ont été anéantis. Leurs formations retardées. Leurs activités parascolaires mises sur la glace. Bien de leurs projets annulés. Leurs sports suspendus. Et ils se sont vus dans l’obligation de rester dans leurs classes toute la journée, même sur l’heure du dîner.

Au moment où je vous écris, mes ados n’ont plus aucun plaisir à fréquenter l’école alors qu’ils ont toujours adoré ça et c’est un combat perpétuel de les garder motivés.

J’ai de bonnes relations avec mes enfants; on jase, on échange, on discute. Ils ont un réseau fort et présent. Et malgré tout ça, je peux vous confirmer que ça ne va pas. Ça ne va pas bien du tout.  Ils pleurent pour rien et sont amorphes. Découragés.

J’ai beau expliquer, normaliser, positiver par rapport à la situation actuelle, quand l’un de leurs amis est aux soins intensifs après une tentative de suicide, tout ce qu’il reste à faire est d’empêcher les tiens de faire la même chose.

Monsieur Legault, je suis très inquiète pour nos adolescents.  La majorité d’entre eux comprennent pourquoi ils doivent continuer de faire des efforts et font leur part, mais ils ne croient plus trop à la suite. Ils ont l’impression de ne plus vivre, et ils n’en peuvent plus et je n’en peux plus non plus de les voir souffrir.

Rien n’est prévu au programme pour les soutenir comme si on abandonnait nos jeunes au système d’éducation qui est lui-même au bout du rouleau.

Aidez-les. Aidez-nous.

 

Crédit : as-artmedia/Shutterstock.com
Lily Côté
LILY CÔTÉ

4 thoughts on “Monsieur Legault, mes ados ne vont pas bien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *