Maman, laisse-moi dormir avec toi cette nuit

cosleep

Maman, laisse-moi dormir avec toi cette nuit et je pourrai enfouir ma tête contre toi pour sentir ta chaleur et ton odeur.

Quand je me réveille seul dans mon lit, dans ma chambre, je te cherche et tu n’y es pas. Je ne comprends pas trop ce qui se passe; je croyais que je faisais partie de toi, que nous ne faisions qu’un. Je réalise peu à peu que ce n’est pas le cas, que je suis une personne à part entière, mais parfois j’angoisse car je crains que tu aies disparu pour toujours.

Maman, laisse-moi dormir avec toi cette nuit pour que tu sois à mes côtés quand enrhumé et tout endormi, j’ouvrirai l’œil.

Depuis quelques jours, la gorge me gratte et mon nez est bouché. J’ai faim, j’ai soif, mais j’ai de la difficulté à avaler quoi que ce soit. J’ai chaud, j’ai froid, je ne suis pas confortable. Tu sais, maman, quand tu es malade, tu aimes bien être emmitouflée dans un doudou et boire une boisson chaude; c’est ça ton réconfort. Mais moi, c’est toi mon réconfort.

Maman, laisse-moi dormir avec toi cette nuit pour que je trouve le réconfort dont j’ai besoin alors que mes dents poussent.

Elles me travaillent beaucoup ces temps-ci. Ça tire partout dans ma bouche. Ça fait mal jusque dans mes oreilles. J’ai de la misère à trouver une position confortable pour dormir dans mon lit mais près de toi, j’y arrive tellement plus facilement.

Maman, laisse-moi dormir avec toi cette nuit car ta présence est un baume pour moi.

J’ai le cerveau en ébullition ces jours-ci. J’apprends à marcher, à parler, à dessiner et à faire confiance à de nouvelles personnes. Tous ces changements, toutes ces nouvelles choses dans ma vie m’épuisent et me stressent. Parfois, je suis tellement fatigué que je n’arrive même pas à m’endormir. Comme toi, après une grosse journée au bureau, j’ai la tête pleine et je vire dans mon lit sans être capable de fermer l’œil. Près de toi, je me sens apaisé et c’est le seul moment où j’arrive vraiment à faire le vide et dormir à tête reposée.

Maman, je sais que tu es parfois gênée de dire aux gens que je dors encore avec toi, mais laisse-les dire ce qu’ils veulent; il y aura toujours des gens pour juger, peu importe ce qu’on fait.

Maman, je sais que tu as souvent mal au dos quand je dors avec toi. Tu veux tellement me laisser de place que tu te retrouves dans de drôles de postures et ton corps en paie le prix; j’essaierai de me faire tout petit à l’avenir, c’est promis.

Maman, je sais que tu as hâte que je dorme dans mon lit comme un grand. Moi aussi, j’aimerais faire comme un grand et dormir tout seul mais pour le moment, c’est difficile pour moi.

Laisse-moi un peu de temps, laisse-moi comprendre ce qui se passe avec mon corps, avec ma tête et je te promets, que dès que je serai prêt, je dormirai dans mon lit.

Mais, pour l’instant, maman, laisse-moi dormir avec toi cette nuit.

Marie-Claude Rousseau
MARIE-CLAUDE ROUSSEAU

8 thoughts on “Maman, laisse-moi dormir avec toi cette nuit

  1. Marie-Claude Gilbert Répondre

    Ton texte est le plus beau que j’ai pu lire depuis des semaines ! J’ai un 2 ans qui a un grand besoin de ça maman … mais quel texte réconfortant pour moi tu n’as pas idée 🙂

  2. Philippe Yan Répondre

    Je suis in papa qui trouve cela tres beau
    28 ans et papa de Liam

  3. Marie-Claude Répondre

    Woww!!! Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un texte qui vient totalement mettre les mots sur ma réalité des derniers mois. J’ai une petite fille de 9 mois, Abby, et depuis qu’elle a 6 mois et demi, elle ne dort plus. Trop de développements et de changements en même temps (s’assoir seule, ramper, marcher à 4 pattes, se tenir debout, 2 dents poussées, aller à la garderie, et depuis quelques jours, faire ses premiers pas à l’aide d’une trotteuse) Elle se réveille en pleurs à toutes les heures. J’ai donc acheté la paix, du moins, j’essaie quand ça fonctionne, et je fais du cododo avec elle pour que nous puissions dormir un peu plus. Je suis fatiguée, brûlée, j’ai pu d’énergie 😕 J’ai tellement hâte qu’elle dorme enfin plusieurs heures d’affilées dans son lit, mais en même temps, elle change et grandit tellement vite ces temps-ci, que j’ai envie de la garder coller à moi. Merci pour ce beau texte.
    D’une Marie-Claude à une autre 😉

  4. Emilie Répondre

    Woww ça fait du bien à lire! Parfois on oublie que c’est dure être un enfant. Il faut en profiter, un jour ils ne voudront plus et c’est nous qui voudront dormir avec eux!

  5. Kathy Répondre

    Ton texte est tout simplement parfait. 🥰🥰🥰🥰
    C’est vrai que les jugements sont faciles et nous font peur ou nous font de la peine. Mais on ne vit pas pour les autres mais pour nous, notre famille. Et on va se le dire ça passe si vite, prenons le temps d’en profiter 😘

  6. Julie Répondre

    Bravo!
    Mon fils a 8 ans et il dort encore avec moi. Les gens peuvent dirent ce qu’il ls veulent…. il en a besoin et c’est bien correcte!
    Julie

  7. Louise Répondre

    Mes enfants qui ont 9 ans de différence ont dormi avec moi tous les deux jusqu’à l’âge de 10 ans quand Papa travaillait la nuit… Mon plus jeune a 16 ans maintenant, me dépasse de 8 pouces et me fait encore mon câlin quotidien. Ma grande qui a 25 ans et est Maman m’a dit en juin que ce qui lui avait manqué pendant la pandémie était un câlin de sa mère… Je pense profondément et malgré tout ce qu’on m’a dit que dormir avec nos enfants est sain si on le souhaite…

  8. Kelly Répondre

    Texte magique qui parle à beaucoup…
    Quel enfant n’a pas voulu dormir avec maman et/ou papa pour soulager son mal ou juste ses besoins
    Moi je rajouterais juste quelque chose que je me dis quand ma fille débarque la nuit pour s’incruster dans notre lit
    ‘finalement on a rarement vue un gamin ou une gamine de 16 ans venir squatter le lit de ses parents de maman ou de papa…’ Du coup je profite au mieux de ses moments si précieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *