À ma belle-fille qui ne m’accepte pas

angry girl and stepmother

Ma belle-fille,

Je t’écris ces mots afin que tu puisses les lire à ton rythme, les laisser résonner en toi et peut-être même leur permettre de te toucher un peu car je pense que tu as atteint un âge où tu es  suffisamment grande pour comprendre des mots d’adulte.

Ça fait maintenant un bon moment je suis l’amoureuse de ton papa. Tu m’as vue entrer dans sa vie en ne le voulant pas vraiment. Je te comprends. Tu acceptais mal la séparation de tes parents et tu avais probablement encore espoir qu’ils reviennent ensemble et que tout redevienne comme avant, du temps que vous formiez une famille unie. C’est un espoir légitime. L’éclatement de sa famille, ce n’est jamais une réalité que l’on souhaite vivre, autant comme enfant que comme parent. En devenant l’amoureuse de ton père, j’incarnais cet espoir déçu, ce rêve impossible. Considérant cela, je comprends que tu ne me voulais pas dans ta vie.

Mais depuis quelque temps, ta colère envers moi a pris des proportions démesurées. Tu t’es mise à faire des crises violentes dans lesquelles tu manifestes clairement que je n’ai pas ma place dans le cœur de ton papa. Je ne comprends pas tout à fait encore les éléments qui ont déclenché cette escalade de ressentiment. Ce que je comprends toutefois, c’est que tu souffres. Tu souffres énormément de cette situation et tu ne sais pas comment gérer ces émotions intenses qui montent en toi et qui te font faire ou dire des choses que tu regrettes par la suite. Car je sais qu’une partie de ta détresse vient du fait que tu es triste de faire de la peine à ceux que tu aimes. Tu as bien conscience que ton père, ton frère et le reste de ta famille souffrent de te voir si mal dans ta peau en ce moment. Et moi aussi. Car malgré tes insultes et ton attitude hargneuse à mon endroit, tout ce que je veux, c’est que tu sois heureuse. Je suis sensible à ta souffrance, mais sache que j’ai des émotions aussi. Bien que j’aie l’air en contrôle, je ne le suis pas vraiment. La situation me cause beaucoup de peine. Et d’impuissance. En dépit du temps que je passe pour t’écouter, te consoler et te valoriser, tu refuses de me laisser une place dans votre vie. C’est difficile pour moi de l’accepter.

Tu sais, parfois, dans la vie, on ne choisit pas nos épreuves. On doit y faire face avec courage en allant chercher de l’aide au besoin. Après un certain temps, ça va mieux et on finit même parfois par aimer certains aspects de notre nouvelle vie même si elle a été ébranlée par la souffrance. C’est ce que je nous souhaite ma belle-fille. Qu’on passe à travers cette épreuve et qu’on finisse par créer un lien fort toi et moi. Ça prendra peut-être des années, mais je pense que c’est possible.

D’ici là, je m’engage à demeurer la même personne accueillante et bienveillante envers toi. De ton côté, je souhaite que tu fasses des efforts pour être respectueuse à mon égard et que tu continues à accepter l’aide professionnelle qu’on t’offre. Ça prend beaucoup d’humilité et d’ouverture pour le faire, je te félicite.

Pour finir, je veux te dire que je t’aime. J’aime aussi ton papa. Je ne veux pas prendre ta place. Ni celle de ta maman. Je veux juste que tu me vois comme une personne positive dans ta vie, avec qui tu passes du bon temps et qui est là si tu en as besoin.

Crédit : fizkes/Shutterstock.com
La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Une réflexion sur “À ma belle-fille qui ne m’accepte pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *