À mon anxiété, je suis plus forte que toi

anxious woman in window

Un jour que je n’ai pas choisi, la vie m’a brisée en mille morceaux et, toi, mon anxiété, tu m’as cambriolée. Tu es partie avec tout ce que j’avais de plus beau et de plus cher : moi. Jadis vivante, le lendemain morte.

Au fil des mois, j’ai peu à peu repris des couleurs mais après tant de mois de noirceur, je n’ai jamais oublié ton nom et bien malgré moi je t’ai laissé une place bien au chaud dans ma vie. Je n’ai pas pu faire autrement car tu m’as sillonnée de tes griffes. Tu fais partie de moi et, à jamais. Et puisqu’être ton ennemie signifierait que tu gardes le dessus sur moi, j’ai choisi d’être ton amie.

Pendant les premiers mois, tu as défoncé ma vie à coups de marteau et avec du recul, je t’en remercie. Car aujourd’hui, depuis que j’ai appris à cohabiter avec toi, je peux enfin goûter au bonheur. Au vrai. Toucher le fond m’a permis de me reconstruire et j’ai fait connaissance à nouveau avec moi-même.

Jadis noyée dans les abysses du désespoir, j’ai remonté  avec force vers la surface d’une mer apaisante. Une mer que je n’imaginais plus exister. Maintenant, certains jours de pluie, je peux sentir ta présence envahir mes pensées à nouveau mais je te reconnais et du haut de mon bonheur, je respire en te claquant la porte au nez et te sommant de rester là où tu te tapis. Tu n’es et tu ne seras plus jamais le reflet de mon miroir.

Avec le temps, j’ai noué des milliers de ficelles à mon ciel et plus jamais tu ne me feras perdre pied comme j’ai perdu pied. Je t’en fait la promesse. J’ai appris à te sentir et à te contrôler.

Anxiété, sache que j’ai refait connaissance avec moi-même et je me suis choisie. Sache que je suis née à nouveau et sache que c’est beau. Mes étoiles illuminent mes nuits, les rayons du soleil illuminent mes secondes, mes minutes, mes heures et mes battements de coeur font battre ceux de mes enfants.

Aujourd’hui, j’écris cette lettre pour moi et pour toutes les personnes qui t’ont rencontrée sur leur passage. Sur ma galerie, dans ma maison de bonheur, j’ai repris goût à toutes ces choses qui goûtent bon dans la vie. Et il y en a. À profusion.

Je respire. Enfin. La vie est belle. Elle n’est pas triste. Un jour tu sauras. Que c’est beau de renaître.

Plus forte que toi.

Crédit : serdjophoto/Shutterstock.com
Christina Caouette
CHRISTINA CAOUETTE

3 thoughts on “À mon anxiété, je suis plus forte que toi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *