Quand mes enfants seront grands, voici la grand-mère que je veux être

mother grandmother and baby

Quand mes enfants seront grands, quand je serai grand-mère à mon tour, je serai une mamie qui restera une maman avant tout.

Je dirai à ma fille combien je suis fière d’elle. D’avoir porté la vie et de l’avoir présentée au monde, avec toutes les peurs et les changements qu’elle a dû affronter.

Je lui proposerai une oreille attentive, pour qu’elle puisse se libérer de ses émotions et de ses doutes, sans jamais comparer avec mon propre vécu.

Je la rassurerai dans ses incertitudes sans jamais lui donner de conseils, mais plutôt en la poussant à se faire confiance et à suivre son instinct.

Je lui proposerai mon aide sans revendiquer la garde de mon petit-fils ou ma petite-fille. Pourtant je sais que j’en mourrai d’envie, mais chaque chose en son temps. Alors je lui préparerai un bon bain chaud, dans lequel elle pourra se glisser et se prélasser avec son tout petit bébé. Et je profiterai de ce moment précis pour lui préparer son plat préféré à l’époque où elle n’était encore qu’une petite fille, un doux souvenir d’antan.

Quand j’irai chez elle, je l’embrasserai en premier sans jamais la mettre au second plan. Je n’oublierai pas non plus de la câliner en partant.

J’essuierai ses larmes quand elle sera fatiguée ou sous le coup de la culpabilité. Je ne lui dirai pas comment remédier à ses contrariétés. Je la convaincrai que la marche à suivre est celle qui lui semble juste, celle qui se trouve au fond de son cœur.

Je contemplerai la complicité entre elle et son petit et immortaliserai chacun de ces moments, dans ma mémoire, en photo, en vidéo ou pourquoi pas en sortant ma plus belle plume.

Je ferai en sorte que ma fille se sente soutenue, aimée, épaulée, loin de toute obligation des codes et diktats de la société et de toute compétition vis-à-vis de moi.

Je serai consciente que parfois, l’absence et le silence sont de mise et qu’elle peut ne pas avoir besoin de me voir. Tout comme une simple musique ou un fou rire peuvent être plus forts que mille mots.

Je ne suis pas une maman parfaite et je ne chercherai pas à l’être en tant que mamie. Je veux simplement me promettre d’être une maman pleine d’empathie qui découvrira et appréciera son rôle de mamie. Celui que ma fille et mon petit-enfant voudront pour moi.

Même si cela induit de renoncer à toutes les lignes ci-dessus et au portrait idéal de mamie que je me suis construis.

Margaux Quoniam
MARGAUX QUONIAM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *