À mon petit ange

woman lying on a bed

Mon petit ange,

Tu es parti bien trop vite. Bien avant que je réalise totalement que tu t’étais installé au creux de mon bedon. Bien avant que les gens puissent réellement comprendre que j’allais être maman. Bien avant que ton papa prenne conscience que sa vie allait changer pour toujours, pour le mieux et parfois aussi pour le pire.

Nous n’avons été ensemble que quelques semaines. Malgré tout, j’ai senti mon corps changer, mes sensations se décupler et mon esprit se concentrer sur la maternité.

Même si les gens autour de nous me disent que ce n’était rien, qu’à quelques semaines de grossesse seulement, tu ne vivais pas vraiment et que tu n’étais pas encore un “vrai bébé”. Pour moi, tu l’étais. Je te sentais. Nous ne faisions qu’un, déjà.

Ces mêmes gens t’aimaient pourtant eux aussi, tu sais. Ils me voyaient tellement triste de devoir te dire au revoir qu’ils ne savaient pas comment me consoler. Leurs paroles pourraient paraître dures, mais ils étaient seulement maladroits, ne sachant pas comment consoler mon cœur de petite maman.

Quelque temps plus tard, je pleure encore parfois de n’avoir pu te sentir bouger en moi et de ne t’avoir jamais pris dans mes bras. J’ai gardé le petit pyjama que je t’avais acheté, le cœur prêt à exploser tellement je t’aimais déjà. Je ne laisserai jamais personne d’autre le porter. Il était pour toi, petit trésor. Il sera toujours pour toi.

Mon petit ange, merci de m’avoir choisie pour être ta maman quelque temps.

Amélie Poirier
AMÉLIE POIRIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *