Je me sens fanée

sad woman

Je me sens fanée. Je me vide de mon énergie comme une fleur en manque d’eau. Je m’assèche. On ne remarque pas que mon sol est craquelé. Lorsqu’on me regarde, on voit que je me tiens debout, mais mon corps devient de plus en plus lourd et difficile à porter. J’arrive à peine à me tenir debout. J’aurais besoin qu’on me ficelle à un bout de bois. Ma tige qui était pourtant si forte ne l’est plus.

Je me sens fanée. Mes pétales, jadis beaux et colorés, flétrissent. Les gens les regardent tomber un à un, les jetant à la poubelle en se disant qu’ils finiront bien par repousser. Mais la vérité, c’est que je deviens fragile et que les pétales ne se réparent pas.

Je me sens fanée. J’attends qu’on m’arrose, mais on me met au soleil en pensant que j’irai mieux. On me dit que l’air frais et la lumière me feront du bien, mais on m’y laisse toute la journée. Le vent tente de m’emporter. Le soleil m’assèche. Je voudrais qu’on me remettre à l’intérieur pour pouvoir tenir un peu plus longtemps, mais on m’a oubliée.

Je me sens fanée. J’attends que la pluie tombe pour me sentir revivre. Pour pouvoir enfin apprécier le soleil qui plombe sur moi. Pour avoir la force de me tenir debout. Mais aucun nuage à l’horizon. Je brûle. Je n’en peux plus. Peut-être que ça ira mieux une fois la nuit tombée. Au moins, j’aurai la rosée. J’espère que ce sera assez. Je me fatigue.

Je me sens fanée. Mes couleurs commencent à s’assombrir. Je deviens terne. Aujourd’hui, plus personne ne pourrait dire de quelle couleur j’étais jadis. Ma beauté disparaît peu à peu. Mon odeur s’efface. Je me transforme et je n’aime pas ce que je vois. Je ne me reconnais plus. Même les abeilles ne me remarquent plus. Je ne suis plus qu’une pauvre fleur sèche et sans vie qui s’accroche, refusant d’abandonner.

Je me sens fanée. Mes pétales tombent un peu plus chaque jour. Bientôt il ne m’en restera plus. J’essaie de les retenir, mais je n’en ai plus la force. Ils tombent les uns après les autres et je crains que ma tige se brise bientôt sans que personne ne le remarque.

Je me sens fanée. Au loin, je vois un nuage rempli des promesses de la pluie dont j’ai besoin. J’espère que mes racines seront assez fortes et survivront jusqu’à son arrivée pour que je puisse, au printemps prochain, fleurir de nouveau.

Angie Séguin-Lunam
ANGIE SÉGUIN-LUNAM

10 thoughts on “Je me sens fanée

  1. Karine Répondre

    WoW super beau texte

  2. Saadaoui Répondre

    Votre texte m’a beaucoup touchée. J’espère que vous allez mieux et n’hésitez pas à vous faire aider.
    Plein de belles pensées à vous🌸

  3. Syl vie Répondre

    Merci!!! Tout ce que je n’oserai dire, par peur de passer pour une mauvaise mère!!!! 🙁 C’ est exactement mon ressenti depuis le confinement! Mes enfants en permanence avec moi… je suffoque mais je ne peux pas le dire! Je ne peux pas me plaindre! Je dois être heureuse d’être avec ma famille 🙁

  4. Geneviève Répondre

    Je me suis sentie comme cela il y a 1 an. Je ne me reconnaissait plus, je sentait qu un matin je ne me lèverais plus… et par hasard je suis tombé sur une massotherapeute qui fesait du reiki. Je ne connaissait pas cela du tout. Mais après cette heure et demie ma vie a changé et j’ai retrouvé la femme que j’étais et ce dès le lendemain. Le poids que je trainais qui m affaiblissait un peu plus chaque jour a été libéré par le reiki et le lendemain je souriais pour vrai et j’ai repris le contrôle de ma vie.

  5. Vanessa Répondre

    Oh comme je me reconnais dans ce superbe texte.
    Mais je crois que les racines ne sont plus assez forte il n’y a que la force de la colère qui fait dresser ma tige mais j’aspire à finir de faner pour trouver enfin la paix (plus de haine envers moi qui se transforme en colère contre mon chiot et mon petit cœur, plus rien que le vide et le repos) j’aspire à quitter cette enveloppe sans pétale ni feuille, juste des épines…. mais comment faire

    1. Stéphanie Répondre

      J’aimerais savoir comment vous allez maintenant? Est ce qu’un echange en prive pourrait vous faire un peu de bien?

  6. Cindy Répondre

    C’est tellement moi présentement… Parfois on vie seulement d’espoir. L’espoir que tout aille mieux. Que l’on méritera amplement notre bonheur une fois qu’il sera là. Mais dans le désespoir le bonheur tarde à arriver..

  7. Sandrine Répondre

    Je ne sais que dire en lisant ce texte tellement il me parle. Peut-être ceci : Merci, car je me sens un peu moins seule vivant avec ce ressenti. J’espère sincèrement que cette sensation est déjà du passé pour vous.

  8. Renée-Ève Répondre

    Bravo. J’ai pleuré. La dépression m’habite depuis 2 mois et, par ironie du sort, je travaille en horticulture. Tu es venue me chercher beaucoup plus que tu ne le crois. Le nuage d’eau s’en vient. Nous redeviendrons bientôt de belles fleurs et les abeilles butineront assez pour qu’on deviennent un beau champ fleuri, toutes ensembles et nos enfants, nous colleront tels de beaux papillons, comme avant cette foutue pandémie. Je te dis merci

  9. Francis Répondre

    Pour toi, qu’elle est l’eau que tu as tant besoin?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *