À toutes les mères qui jugent les autres mères

mother judging

À toi la mère qui juge, tu peux faire le choix d’agir de plusieurs façons possibles. Tu peux faire des choix différents de la famille d’à côté. Tu peux répéter ce que tes parents ont fait. Tu peux copier tes amis ou tu peux décider d’agir d’une toute nouvelle façon qui te convient mieux.

À toi la mère qui juge, tu n’as pas la raison absolue. Ce n’est pas parce que tu décides d’élever tes enfants d’une quelconque manière que c’est nécessairement la bonne pour tous. Ce n’est pas parce que le voisin ne fait pas la même chose que toi que ses enfants sont mal éduqués et que les tiens le sont plus.

À toi la mère qui juge, il est facile de porter des jugements sur les autres parents. Mais qu’est-ce que cela te donne en fin de compte ?  Juger les autres ne te rend pas meilleure qu’eux et ne t’aide pas non plus à t’aimer plus.

À toi la mère qui juge, tu es bien placée pour savoir que la parentalité est remplie de hauts et de bas. Tu es bien placée pour savoir que les journées se suivent, mais ne se ressemblent pas, que les apparences sont trompeuses et qu’il t’est donc impossible de savoir ce qui se passe dans la vie des gens que tu observes avec ton regard rempli de jugements.

À toi la mère qui juge, tu souhaites inculquer à tes enfants différentes valeurs qui te représentent et qui sont importantes à tes yeux. Ceci étant, n’oublie pas que tu es leur modèle et qu’ils apprendront par ton exemple. Je te demande donc avec tout  le respect que je te dois, de réfléchir avant de parler et faire preuve d’une attitude respectueuse et positive envers autrui. En agissant ainsi, tu obtiendras une bien meilleure communication avec tous et tes enfants en sortiront beaucoup plus instruits.

À toi la mère qui juge, il est toujours préférable de faire une introspection de soi-même avant de demander la même chose aux autres. Si tu te remettais en question, peut-être te demanderais-tu pourquoi tu critiques la vie ou le point de vue des autres personnes.

À toi la mère qui juge, n’oublie pas que personne n’est parfait et ce qui fait la beauté de ce monde est la différence et le partage de toutes nos connaissances, de notre savoir-faire et surtout de notre savoir-être.

À toi la mère qui juge, et si tu essayais de vivre et de laisser vivre les autres parents ?

 

Anne-Marie Barbeau-Pelletier
ANNE-MARIE BARBEAU-PELLETIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *