Maman, je réalise que j’ai été une fille ingrate depuis que je suis mère

unhappy little girl

Maman, je réalise que j’ai été une fille ingrate depuis que je suis mère et j’aimerais te demander pardon.

Au fil des années, je ne me suis pas rendu compte de tous les sacrifices que tu as faits pour moi pour pouvoir m’offrir tout ce dont j’avais besoin et même tout ce qui ne m’était pas vital. Je te demande pardon pour tous ces moments de joie et de bonheur que tu m’as offerts et que je n’ai pas su apprécier à leur juste valeur parce qu’ils me semblaient normaux. Sache que maintenant, je suis consciente de toutes les choses que tu as sacrifiées ou remises à plus tard pour moi.

Même si je sais qu’une maman n’attend rien en retour de tout l’amour qu’elle donne à ses enfants et même si je sais qu’une maman se plie en quatre voire en douze pour ses enfants sans que ce soit monnayable par la suite, je te demande pardon de ne pas t’avoir remerciée, enlacée et embrassée autant que tu le méritais pour toute l’aide que tu m’as apportée et que tu m’apportes encore. Je sais que si je suis la femme, la maman et l’amie que je suis aujourd’hui, c’est que je te le dois.

En devenant maman, j’ai aussi réalisé que tout ce que fait une mère, et tout ce qu’elle donne, ne doit pas être considéré comme acquis car son rôle est précieux, fragile et difficile par moments alors je te demande pardon pour l’avoir trop souvent fait.

Je te demande aussi pardon d’avoir mis tant de temps à réaliser qu’avant d’être une maman, j’étais et je continue d’être ton enfant et toi ma mère. Une mère qui, comme moi, doute chaque jour encore à savoir si elle dit et fait les bonnes choses et s’interroge régulièrement sur son rôle. J’essaie toujours de m’améliorer en tant que maman et je me félicite lorsque je fais un bon coup, mais je n’avais pas réalisé jusqu’ici que tu vivais exactement la même chose que moi.

Maman, je réalise que j’ai été une fille ingrate depuis que je suis mère et aujourd’hui, je voudrais m’assurer que tu saches à quel point tu peux être fière de ton travail de maman. Je te demande pardon de ne pas penser à te dire combien tu es formidable et combien je t’aime beaucoup plus souvent parce que, crois-moi maman, tu es la meilleure des mamans que j’aurais pu avoir et tu ne devrais jamais en douter.

Emilie
Emilie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *