À toi, la maman qui n’a plus de maman

mother and daughter at the beach

C’est peut-être arrivé hier, le mois dernier, il y a un an, ou deux, ou même trente, mais tu as perdu ta maman. C’est terminé. Tu n’en as plus. Disparue, sur une étoile. Bien sûr, elle est, et restera toujours dans ton cœur. Tu sais qu’elle est toujours avec toi maintenant. Qu’elle te suit et te protège. Mais la réalité, celle avec laquelle tu vis à tous les jours, c’est que ta maman, ta maman à toi, n’est plus là.

Elle n’est plus là pour te jaser de tout et de rien au téléphone pendant tout le trajet entre le bureau et la garderie. Elle n’est plus là pour te rassurer quand il est tard le soir et que ton plus jeune ne dort pas encore parce qu’il a mal au ventre. Elle n’est plus là pour te rappeler le truc pour qu’il n’y ait pas d’eau dans le fond des assiettes quand tu sers ta sauce à spag. Elle n’est plus là pour te sermonner tendrement quand elle ouvre ton armoire à Tupperware et pour te faire remarquer que les petits plats de plastique doivent aller dans les grands, par ordre de couleur.

Elle n’est plus là pour aller chercher tes mousses à l’école quand tu es surchargée au travail et que tu sais que tu ne seras pas à l’heure au service de garde. Elle n’est plus là pour arriver en surprise un samedi matin avec du café chaud et des bas flambants neufs pour ta plus grande parce qu’elle les a vus en spécial au magasin et qu’elle avait remarqué, la dernière fois qu’elle l’a gardée, que ses petits bas étaient troués. Elle n’est plus là non plus pour écouter tes secrets, pour comprendre ta peine quand tu lui racontes les moments difficiles avec l’homme de ta vie ni pour te rassurer en te disant qu’avec papa, elle en a aussi passé des périodes dures, que le temps arrange les choses et qu’après la pluie vient le beau temps. Elle n’est plus là pour rire avec toi et potiner comme le font deux copines, pour faire une virée dans les magasins en sachant très bien que tous les vêtements achetés seront pour les enfants.

Elle n’est plus là pour embrasser ses petits-enfants qu’elle aimait tant, ses futurs petits-enfant qu’elle aurait autant aimés et qu’elle aurait regardé grandir en les couvrant de bisous et de câlins tout en les berçant tendrement. Elle n’est plus là pour te bercer toi, en te flattant les cheveux, quand les choses ne vont pas, quand tout semble sacrer le camp, comme quand tu étais petite. Quand elle te disait qu’elle serait toujours là pour toi.

Mais elle n’est plus là.

Cette femme merveilleuse, ton ancrage, ton reflet, ton modèle. Son odeur, sa chaleur, son rire, n’y sont plus non plus. Ils ont laissé leur place aux souvenirs et aux moments précieux que vous avez passés ensemble. Que tu conserves dans ta tête et dans ton cœur comme des trésors.

Ta maman n’est plus là pour vivre la maternité avec toi. La sienne, la tienne.

Quand tu bordes tes amours le soir, tu n’arrives pas à t’imaginer leur vie sans toi et la tienne sans eux et c’est le cœur gros que tu réalises que toi, ta maman, elle n’est plus là.

Et c’est bien souvent dans ces moments-là, que dans le noir, au-dessus de leur petit lit, tu leur promets à ton tour que tu seras toujours là pour eux.

Crédit : Dubova/Shutterstock.com
Janik Juneau
JANIK JUNEAU

13 thoughts on “À toi, la maman qui n’a plus de maman

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *