Grand-maman, tu es partie et tu ne reviendras pas

grandmother with granddaughters

Grand-Maman, dès lors que tu es partie faire ce long voyage, un immense vide s’est installé dans nos vies.

Grand-Maman, il me semble qu’encore hier tu étais assise à mes côtés et je pouvais te tenir la main, te percevoir, me blottir dans tes bras. Mais à présent, tu es partie, tu n’es plus là.

Grand-maman, il me semble parfois encore entendre ta voix et il m’arrive de te chercher dans nos soupers de famille. Mais à présent, tu es partie, tu n’es plus là.

Grand-maman, j’aimerais tant que tu vois la femme que je suis devenue, le chemin que j’ai parcouru et l’évolution dans ma vie depuis que tu as fait ta longue traversée. Mais à présent, tu es partie, tu n’es plus là.

Grand-maman, je ne peux te décrire la fierté que j’aurais eue de te présenter mon fils, ton arrière-petit-fils. Mais à présent, tu es partie, tu n’es plus là.

Grand-maman, comme autrefois avec nous, tu l’aurais bercé pendant des heures et des heures à son tour sans jamais te tanner afin de vivre ce moment si précieux le plus longtemps possible encore et encore. Mais à présent, tu es partie, tu n’es plus là.

Grand-maman, j’aimerais tant qu’il entende ta douce voix et tes jolies berceuses. Mais à présent, tu es partie, tu n’es plus là.

Grand-maman, j’imagine le bonheur que j’aurais eu de le poser dans tes bras, ne serait-ce qu’une seule fois. Un seul regard, une seule rencontre, un moment unique, mais oh combien magique. Mais à présent, tu es partie, tu n’es plus là.

Grand-maman, on dit souvent qu’un bébé nous reconnaît par notre simple odeur et je n’ai pas le moindre doute qu’il serait parvenu à distinguer la tienne des autres, par ton parfum Neige de Lise Watier. Mais à présent, tu es partie, tu n’es plus là.

Grand-maman, tu as fait et tu fais encore partie intégrante de ma vie et j’aimerais tant que ce soit de même pour mon enfant. Mais à présent, tu es partie, tu n’es plus là.

Grand-maman, tu devrais avoir le droit d’être là lors des événements importants. Tu devrais avoir la chance de partager ce bonheur avec nous. Ma grossesse, sa naissance, son premier Noël, son baptême, son premier anniversaire. Mais à présent, tu es partie, tu n’es plus là.

Grand-maman, je te promets que lorsque mon fils sera en âge de comprendre, nous viendrons te rendre visite là où nous pouvons nous recueillir lorsque nous voulons être près de toi.

Anne-Marie Barbeau-Pelletier
ANNE-MARIE BARBEAU-PELLETIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *