Je suis maman et j’aimerais faire un pacte avec la vie qui file

kid saying goodbye

Mes enfants, j’aimerais faire un pacte avec la vie qui file.

Parce qu’un jour, le salon n’aura plus l’air d’une scène d’après-guerre et sera dépouillé de tous les jouets encombrants à ramasser par terre.

Il n’y aura plus de sable magique incrusté dans les craques de ma table de cuisine ni même de restes de plasticine.

La fabrique de dessins qui coloraient ma vie et notre frigo fermera définitivement ses portes. 

Plus personne n’hurlera mon nom sans arrêt jusqu’à ce que je me retourne et je ne serai plus l’univers tout entier pour une autre personne.

Je ne serai plus non plus la spectatrice de votre magie, de vos créations, de vos toutes premières fois, ni même de toutes ces situations que j’accueille trop souvent les yeux en l’air dans un soupir de fatigue.

Un jour, il n’y aura plus de désordre, plus de chaos; il n’y aura plus que ce silence tant réclamé qui prendra toute la place.

Et en dépit de ce calme, je sais que je chercherai sans cesse dans ma tête l’écho lointain de nos étés, la musique de vos rires, le souvenir de ces après-midis à lécher une crème glacée et celui de nos guerres de ballounes d’eau, de nos aventures en poussette, en vélos et toutes nos soirées d’août dehors devant le foyer entouré de petites faces en grimace toutes collées par les guimauves.

J’aimerais faire un pacte avec cette vie qui file. Celui de garder les cernes sous mes yeux et continuer d’entendre votre petite voix aiguë qui m’irrite parfois tellement tout en réussissant à trouver un moyen de boycotter le temps, mes rides, le grand silence et mes cheveux blancs.

Étourdie par le grand tourbillon de notre époustouflante routine, je manque parfois de patience, je manque parfois de temps et je prends souvent en otage l’avenir en procrastinant. Le seul hic dans tout ça étant que demain ne fait jamais de promesses et pour cette simple vérité, aujourd’hui mérite que je tasse le superflu, que je me concentre sur l’essentiel, que je m’assure de mettre et de garder les deux pieds en plein dedans.

Parce que je sais que malgré les tempêtes, malgré les jours où je m’effondre de désespoir, la plus belle période de ma vie, je suis en train de la vivre et c’est nous à cet instant même et c’est pour cette raison qu’on se doit de rire à en pleurer, de s’aimer à en perdre le nord et de se pardonner nos torts.

Je veux la vivre à fond notre vie par ce que le bonheur est ici, juste ici et que je sais qu’un jour le temps emportera tout.

Stéphanie Hébert
STÉPHANIE HÉBERT

3 thoughts on “Je suis maman et j’aimerais faire un pacte avec la vie qui file

  1. Pop Syl Répondre

    Profitez-en toutes et tous de ces moments. Grand-papa, mes enfants sont tous partis et on se voit encore souvent, mais la maison est bien vide…

  2. Marie - japprendsaetremaman.com Répondre

    Comme j’ai hâte d’aller rechercher ma fille à l’école tous les après-midi ! Comme je suis heureuse qu’elle vienne me réveiller tous les matins en me disant “maman, c’est l’heure de réveiller !” même si sur le moment j’aurai bien dormi encore un petit peu 😉
    Alors c’est vrai, c’est épuisant d’être maman mais pour rien au monde je ne retournerai à ma vie d’avant sans elle !

  3. Agnès Colombaud Répondre

    Magnifique texte ! Je me reconnais dans chacune de ces lignes. Maman d’un garçon de 9 ans et d’une “petite” fille qui fête aujourd’hui ses 6 ans, je trouve qu’ils grandissent trop vite et même si j’adore les voir s’éveiller à la vie et s’épanouir, je suis déjà nostalgique de la période où ils étaient encore des bébés et des tout petits enfants !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *